AccueilTerritoiresCollectivitéYves Jégo quitte « sans regret » la vie politique nationale

Yves Jégo quitte « sans regret » la vie politique nationale

Yves Jégo a annoncé dans une interview au Parisien son intention de quitter « l'Assemblée et la vie politique nationale le 15 juillet prochain ».
Yves Jégo quitte « sans regret » la vie politique nationale
© MSM

TerritoiresCollectivité Publié le ,

« L'élection d'Emmanuel Macron a changé profondément et durablement le paysage institutionnel, bouleversant le système installé, portant haut l'ambition d'une nécessaire modernisation des pratiques », argue-t-il dans un communiqué.

L'ancien secrétaire d'Etat en charge de l'outre-mer conserve malgré tout son mandat d'adjoint au maire de Montereau-Fault-Yonne (jusqu'en 2020) et de conseiller communautaire. Il laisse donc la possibilité à son suppléant, Jean-Louis Thiériot, élu il y a seulement quatre mois à la présidence du Département, de prendre sa suite à l'Assemblée Nationale.

Pour justifier ce choix, le député de la 3e circonscription de Seine-et-Marne estime dans Le Parisien qu'il n'est plus possible d'être
« utile à l'intérêt général » au sein de « nos institutions ». L'actuel vice-président de l'Assemblée nationale souhaite, à travers ce retour à la vie civile, « éviter l'usure du pouvoir ». Le monde politique ayant changé, depuis ses débuts à l'Assemblée en 2002, l'élu monterelais préfère « sortir la tête haute », au lieu de donner « le sentiment de garder le pouvoir pour ses seuls avantages ».
« Par ces gestes, librement décidés et mûrement réfléchis, je suis heureux de répondre, avec bienveillance, au profond besoin de renouvellement de la classe politique exprimé par les Français », précise-t-il sur son site internet.

Yves Jégo indique, par ailleurs,
vouloir devenir un « acteur de l'économie de l'innovation, engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique et la transition énergétique ». C'est à ce titre qu'il compte prendre la direction d'une start-up dans le domaine de la transition énergétique.

« C'est avec une profonde reconnaissance pour tous ceux qui m'ont accompagné et soutenu durant ces années intenses et fier d'un parcours électif commencé à l'âge de 29 ans qui m'a conduit jusqu'au Gouvernement, que je quitterai mi-juillet sans regret la vie parlementaire et la vie politique nationale », conclut l'élu dans sa déclaration en ligne.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?