Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Yanook, le crochet anti-covid, a un succès fou

le - - Économie - Vie des entreprises

Yanook, le crochet anti-covid, a un succès fou
@ DR

Conçu en pleine crise sanitaire, ce petit appareil multifonctions permet d'éviter de toucher différents objets.

Petite invention, grand succès ! Yannick Silva, ingénieur en technologies digitales à Pau (Pyrénées-Atlantiques), était loin d'imaginer que son petit crochet connaîtrait une telle popularité. Depuis sa création, en avril, pour limiter la transmission manuportée du Coronavirus, on s'arrache cet appareil baptisé Yanook (contraction de « Yannick », le prénom de son inventeur, et de « hook » qui signifie crochet en anglais). Avec ses 19 grammes en inox anti-bactérien, ses 8 centimètres et ses 4 fonctions principales (presse-bouton, décapsuleur, tourne poignet et tourne loquet), le yanook fait un carton.

C'est en observant ses enfants que le fondateur de la start-up NConcepts s'est rendu compte de la quantité de choses touchées quotidiennement avec les mains. Sa tête chercheuse et son imprimante 3D vont faire le reste. Soutenu par deux entreprises voisines (pour la production et l'expédition) l'ingénieur voit les ventes de sa trouvaille exploser (plus de 1 000 exemplaires par jour). L'engouement dépasse même les frontières (Belgique, Suisse).

« Ce n'était pas le but au départ, explique-t-il. On était plutôt sur une initiative solidaire. » D'ailleurs, sur chaque vente (8 € l'unité), 1 € a été reversé à la Fondation de France, à l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), à l'Institut Pasteur et à l'opération béarnaise « Le Repos des Héros » pour un total de 67 083 € de dons récoltés.

Cette bonne action se double donc d'une affaire juteuse avec près de 140 000 crochets vendus en 3 mois (plus de 54 000 aux particuliers et plus de 83 000 aux entreprises) et 76 000 vues sur Youtube. En Seine-et-Marne, près de 3 500 Yanooks ont trouvé preneurs. Parmi les clients du concepteur palois, on peut citer Vivisol France (à Vaux-le-Pénil), Daugeron-Hedis (La Genevraye), l'École supérieure d'ostéopathie (Champs-sur-Marne), ainsi que des instituts médicaux comme l'AEDE (Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux) et l'IME l'Oasis (Mitry-Mory). Au plus fort de la demande, Yannick Silva a même dû embaucher 13 salariés.

« Même si on rencontre des difficultés à protéger notre marque face à des géants comme Google ou Amazon, c'est une aventure incroyable, confie-t-il. Le Fabriqué en France nous a portés. » Yannick garde néanmoins les pieds sur terre et n'oublie pas les règles sanitaires élémentaires : il faut régulièrement nettoyer votre Yanook à l'eau et au savon…

Renseignements :
infos@nconcepts.fr.
yanook.fr




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer