AccueilInfos régionVœux du préfet : Malgré une année 2016 difficile, le département résiste

Vœux du préfet : Malgré une année 2016 difficile, le département résiste

Jean-Luc Marx, préfet de Seine-et-Marne, a abordé lors de ses vœux à la presse quelques points-clé de l'actualité du département. Le préfet a notamment noté une certaine amélioration de la situation économique seine-et-marnaise en 2016.
Vœux du préfet : Malgré une année 2016 difficile, le département résiste

TerritoiresInfos région Publié le ,

L'année 2016 ayant tiré sa révérence, le préfet Jean-Luc Marx s'est donc prêté dernièrement au traditionnel bilan de l'année écoulée, en livrant certaines orientations pour 2017. On relèvera d'abord l'évolution encourageante de l'économie seine-et-marnaise en 2016 par rapport à l'année 2015, la préfecture ayant rappelé que les chiffres d'affaires cumulés des entreprises ont « sensiblement progressé » en douze mois. Entre janvier et novembre 2016, les créations d'entreprise ont progressé fortement comparativement à l'année 2015 sur la même période, et le nombre d'entreprises en difficulté s'est stabilisé.

Une économie qui "évolue favorablement"

Mais les chiffres les plus encourageants restent ceux de l'emploi, 4 100 emplois salariés supplémentaires ayant été créés sur le département dans les activités marchandes à la fin du troisième trimestre 2016 (+1,4%). De fait, le taux de chômage a baissé de 0,3% sur un an, atteignant 8%. Ce taux reste inférieur à celui de l'ensemble du pays (9,7%) et de l'Ile-de-France. En outre, le taux de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans a baissé sur un an de 2,9%.

De même, le nombre de demandeurs d'emploi de longue durée recule (-0,5%) alors qu'il était en constante augmentation depuis plus d'un an. Toujours s'agissant de l'emploi, dix nouveaux contrats de service civique seront créés en préfecture et sous-préfectures, en plus des 450 jeunes déjà engagés en Seine-et-Marne. De même, il est à noter que le dispositif de la garantie jeune sera généralisé en 2017 aux Missions locales de Meaux, du bassin Chellois, de la Brie et des Morins (Coulommiers), des Boucles de la Marne (Lagny) et le la Seine et du Loing (Nemours), pour atteindre 1400 entrées dans le dispositif (l'objectif national étant de 150 000 entrées).

Jean-Luc Marx a ensuite évoqué le projet Villages Nature, qualifié « d'enfant » du site de Disney, et qui devrait générer 1600 emplois directs (1000 dès son ouverture en juillet 2017, puis 4500 emplois indirects et induits).

Enfin, la préfecture n'aurait pu parcourir l'ensemble du secteur économique sans évoquer les intempéries survenues en 2016, une véritable « année noire pour l'agriculture francilienne et seine-et-marnaise ». La production de blé a ainsi chuté de 60%, alors que « les récoltes s'annonçaient excellentes », selon la préfecture. Les services de l'Etat estiment ainsi que 250 millions d'euros seront nécessaires au renflouement du secteur, dans la mesure où la plupart des exploitations ne parviennent pas à dégager un revenu positif.

© MSM - Jean-Luc Marx, préfet, et Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, rendant visite aux sinistrés de Bagneaux-sur-Loing en juillet dernier.

Jean-Luc Marx a rappelé que des « mesures hors normes » avaient été mises en place, telles que la mise en place de l'état de force majeure, permettant d'assouplir certaines règles de la PAC (Politique agricole commune), ou l'obtention d'une exonération de 60% de la taxe sur le foncier non bâti, représentant une aide de 7 millions d'euros pour la trésorerie des exploitations. Ces efforts en vue d'un « redressement » du secteur seront poursuivis en 2017, avec la poursuite de l'instruction de la gestion des aides d'urgence et des aides PAC, et plus particulièrement auprès des exploitations les plus touchées.

Un "nouveau visage" pour la Seine-et-Marne

La Seine-et-Marne a également connu en 2016 la mise en œuvre du Schéma régional de coopération intercommunal (SRCI) d'Île-de-France, touchant les secteurs de l'aéroport de Roissy, de Marne-la-Vallée, de Sénart et de Melun. Ainsi, le nombre d'EPCI (Etablissements publics de coopération intercommunale) est passé de 40 à 36 au 1er janvier 2016. C'est même le « visage » de la Seine-et-Marne qui a changé en 2017 selon le préfet, la nouvelle carte intercommunale ayant été une nouvelle fois réduite à 25 EPCI.

Ces structures sont en outre dotées de nouvelles attributions, tels que le développement économique, l'aménagement de l'espace d'intérêt communautaire, les aires d'accueil des gens du voyage, ou encore la collecte et le traitement des déchets ménagers. Ce mouvement se poursuivra en 2017, avec le choix de compétences optionnelles parmi celles imposées par la loi, et l'acquisition d'une nouvelle compétence en matière de prévention des inondations.

Une amélioration "sensible" de la sécurité

Concernant le volet sécurité, Jean-Luc Marx a signalé une amélioration de la situation en 2016, avec une stabilisation voire une baisse de celle-ci en valeur absolue, c'est-à-dire en prenant en compte la croissance démographique du département (+15 000 habitants chaque année, et une population qui atteint 1 400 000 habitants). Si les faits de violences physiques et sexuelles demeurent élevés, les atteintes aux biens sont en baisse (les vols avec armes chutent notamment de plus de 20%).

Jean-Luc Marx a ensuite évoqué le maintien de l'état d'urgence, déjà en vigueur depuis 21 mois, et dont le terme est fixé au 15 juillet 2017. Le département a déjà procédé à 81 perquisitions administratives (contre 68 en 2015 et 13 en 2016) depuis le 14 novembre 2015, huit individus en moyenne ont été assignés à résidence, près de 700 arrêtés portant opérations de contrôle administratif (fouille des bagages, visite des véhicules en circulation…) ont été signés, et une trentaine d'interdiction de sortie du territoire ont été prises.

La préfecture a également rappelé que 700 individus ont été suivis depuis début 2015 dans le cadre de la déradicalisation. Un programme d'action de formation et de sensibilisation verra le jour en février et sera destiné aux clubs sportifs. Enfin, un plan de prévention de la radicalisation annexé aux contrats de ville est en cours d'élaboration, visant à promouvoir les valeurs républicaines à travers certaines actions menées auprès des jeunes.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?