AccueilInfos régionVal d'Europe, un site au développement unique

Val d'Europe, un site au développement unique

L'étude sur la contribution économique d'Euro Disney dans le développement de Val d'Europe, réalisée par Setec International, a été présentée dernièrement par Francis Borezée, vice-président du développement immobilier et touristique de la firme américaine. Cette ex-ville nouvelle connaît aujourd'hui un dynamisme proche de celui de la capitale.
Val d'Europe, un site au développement unique
© DR - Le territoire du Val d'Europe devrait atteindre à terme 60 000 habitants.

TerritoiresInfos région Publié le ,

Pour la première fois depuis l'avènement du parc Disneyland Paris, Francis Borezée a présenté une étude centrée sur les retombées économiques et sociales d'Euro Disney sur le territoire du Val d'Europe.

Il y a tout juste trente ans, l'État, la Région, le Département, l'EpaMarne, la RATP et la World Disney Company signaient la convention pour la création et l'exploitation du projet Euro Disneyland en France. Complètement inédit, ce partenariat engageait l'État (Epa Marne-Epa France) à étoffer les infrastructures, Euro Disney à développer le territoire, et ses cinq communes (Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny-le-Hongre et Serris), réunies en communauté d'agglomération, à gérer les équipements publics des quartiers.

Force est de constater que cet « aménagement atypique en matière de conception et de programmation » a tenu toutes ses promesses. Les données démographiques font de Val d'Europe un territoire « équilibré », avec une population multipliée par six, passant de 5 000 habitants en 1990, à 30 000 aujourd'hui.

Une agglomération attractive

L'emploi et la croissance ont suivi ce mouvement, plus de 30 000 emplois étant pourvus sur le site. Ainsi, le taux d'activité, qui atteint 83 %, est l'un des plus élevés en France et « frôle le taux affiché par Paris ». Des résultats « éloquents et équilibrés » selon Euro Disney, sur un territoire qui n'a que vingt ans. Jeunes, ses habitants le sont aussi, âgés en moyenne de 31 ans. Les ménages sont généralement plus riches qu'en Seine-et-Marne ou en Île-de-France et présentent un revenu médian de 24 249 euros.

Entre 2000 et 2010, le site a connu un succès sans précédent : l'évolution du stock d'établissements a été le plus rapide de toutes les agglomérations françaises. Chaque année, plus de 400 entreprises sont enregistrées, s'ajoutant aux 5 000 établissements tous types confondus, dont 2 600 établissements marchands.

Le cadre de vie ne fait pas exception à la règle, les résidents du Val d'Europe considèrent leur territoire comme « moderne et respectueux de l'environnement ». Aussi, 93 % d'entre eux conseilleraient le site à leurs proches, et 88 % des dirigeants d'entreprise sont satisfaits du cadre de vie.

Des résultats qui « valident la stratégie adoptée par les partenaires », estime Francis Borezée, qui se félicite que ces derniers aient « cru en la dynamique du Val d'Europe ».

Une croissance maîtrisée

L'expansion du Val d'Europe fait l'objet de quatre phases de développement. Sur l'ensemble des phases, pour chaque euro investi par le secteur public, 11,40 euros sont investis par le secteur privé. Lors des trois premières, réalisées de 1987 à 2008, 8,2 milliards d'euros ont été alloués à quelque 1 100 hectares. Les acteurs privés ont participé à hauteur de 7,5 milliards d'euros, couvrant 90 % du montant total. La phase IV (septembre 2014/ 2024), qui prévoit l'aménagement de 330 hectares, est financée par 3,6 milliards d'euros de fonds privés, dont 800 millions pour le projet Villages Nature, et 280 millions d'euros de fonds publics. Ces fonds permettront de construire 7 000 nouveaux logements (dont 4 800 développés par Disney) et résidences, en plus des 11 000 logements déjà réalisés. L'immobilier dédié aux professionnels n'est pas en reste, la phase IV devant voir l'avènement de 100 000 m² de bureaux, 130 000 m² de surfaces commerciales et 30 000 m² d'équipements privés.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?