Fermer la publicité
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

Vaires-Torcy : une toute nouvelle base multifonction

le - - Actualité - Grand témoin

Vaires-Torcy : une toute nouvelle base multifonction
@ DR

Le stade d'eau vive de l'île de loisirs de Vaires-Torcy, inauguré le 22 juin dernier, accueillera les épreuves olympiques de canoë et d'aviron lors des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Financé à 85% par la Région, il répond également aux besoins du grand public. Tout en possédant ces deux caractéristiques, il respecte la biodiversité de la zone.

Renommé “Stade nautique olympique d'Ile-de-France” dans la perspective des Jeux de Paris 2024, la base de Vaires-sur-Marne est le premier équipement à être livré pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024, cinq ans avant leur ouverture. Le stade a coûté quelque 75 millions d'euros, dont la Région a pris
85 % en charge. L'Etat, au travers du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, et du Centre national du développement du sport, finance les 15 % restants. Il restera donc le plus grand chantier qu'elle finance ; et devient le plus grand centre d'eau vive d'Europe.

Au-delà de l'accueil des compétitions internationales, ces infrastructures présentent un point commun. Elles permettent de nombreux usages en réponse à des besoins multiples. En clair, elles permettent d'accueillir des sportifs de haut niveau pour des compétitions internationales, mais aussi le grand public.

Le Stade nautique olympique regroupe en un même lieu une rivière paysagère et pédagogique, un parcours d'eau vive, un plan d'eau de deux kilomètres de long, des salles de sport, un hébergement et une salle de restauration. Il répond, par ailleurs, aux normes olympiques, bénéficiant d'un système de pompes propulsant l'eau jusqu'à 14 m3/s pour la rivière de compétition et 10 m3/s pour celle dédiée à l'entraînement. Les obstacles, positionnés sur des rails, peuvent être déplacés pour créer différents mouvements d'eau, conformes aux exigences des sportifs.

Il respecte enfin la biodiversité, avec seulement 25 % du site mis en travaux. Quelque 9,5 hectares de plantations nouvelles remplaceront les six hectares impactés par le chantier, 800 m² de mares seront recréées à proximité des anciennes, et 2,5 hectares de haies et de bosquets compenseront la surface de 1,2 hectare concernée par le projet.

L'île de loisirs a fait l'objet d'un réaménagement ambitieux, au terme de quatre années de travaux. Pour les usagers, une meilleure accessibilité du site, de nouvelles voies de circulation et un nouvel espace dédié aux loisirs nautiques permettent de profiter au mieux du site. Le pôle loisirs raquette et remise en forme s'est aussi agrandi de quatre nouveaux terrains de squash, d'une nouvelle salle de musculation et de fitness. Véritable corridor écologique, l'île préserve flore et faune, offrant une quinzaine d'hectares d'aménagements paysagers. Le nouveau bâti entre en parfaite harmonie avec le patrimoine naturel.

Mise en place d'un appel à projets en Seine-et-Marne

Le département met en place un dispositif, intitulé “Team 77” de soutien en direction des communes, des intercommunalités, des associations assurant la gestion d'équipements sportifs ou d'hébergements et des organisateurs de manifestations sportives spécifiques inscrites au répertoire des disciplines olympiques. Parmi les projets éligibles, on trouve les constructions/réhabilitations d'équipements sportifs en lien direct avec les Jeux olympiques et paralympiques Paris 2024, notamment les sites de compétition, les sites d'accueil de délégations étrangères en préparation, et les bases arrières avant et pendant la compétition ; les constructions/réhabilitations des structures d'hébergement/restauration en lien direct avec les équipements sportifs (accueil de délégations étrangères en préparation ou en compétition) ; l'organisation de compétitions sportives préolympiques ou paralympiques ; et l'accueil de délégations olympiques ou paralympiques étrangères. Parmi les travaux éligibles, on trouve la réalisation ou mise aux normes des équipements sportifs, des hébergements ou de la restauration conformément aux préconisations des fédérations sportives internationales, en lien direct avec les Jeux olympiques et paralympiques Paris 2024, et les travaux ou aménagements nécessaires à l'organisation d'une compétition préolympique ou paralympique.

Afin d'être éligible au dispositif “Team 77”, le porteur de projet doit au préalable candidater au label “Terre de Jeux 2024”. Lesdits critères incluent la promotion des Jeux, la diffusion des valeurs de l'olympisme et du paralympisme, la réalisation d'équipements ou d'événements accessibles aux personnes en situation de handicap, un projet d'animation des équipements après les Jeux “héritage 2024”, un lien avec la stratégie olympique mise en œuvre dans le cadre de la CTAP (Conférence territoriale de l'action publique) de la Région Île-de-France, la validation du projet par la fédération française de référence, et l'inscription du projet dans la stratégie globale du Cojo Paris 2024, pour des Jeux durables.

La subvention départementale sera étudiée et calculée en fonction de son ampleur et de son impact sur territoire avant et après les Jeux, dans un plafond global de 500 000 euros pour les équipements sportifs, l'hébergement, la restauration ou les constructions ; de 300 000 euros pour la réhabilitation ou la mise aux normes, et de 150 000 euros pour les compétitions et l'accueil de délégations.

Les critères d'évaluations regrouperont la pérennité de l'héritage, l'urbanisme transitoire et les projets bas carbone.

L'appel à projets se clôturera le 30 septembre prochain pour des projets allant jusqu'au 28 août 2024.

Deux chartes départementales pour le canoé-kayak

Le Département initie deux chartes en faveur des bonnes pratiques du canoë-kayak, à l'attention des pratiquants et des professionnels des rivières.

Avec plus de 2 000 kilomètres de cours d'eau, la Seine-et-Marne est en pointe en matière de pratique du canoë-kayak. La demande croissante de loisirs de pleine nature des Franciliennes et des Franciliens peut générer des nuisances – bruit, débarquement sur une propriété privée... –, lors des pics de fréquentation, notamment sur le Loing et le Grand Morin. Par ailleurs, les rivières sont des écosystèmes fragiles qui contribuent à la richesse de la biodiversité qu'il faut savoir préserver.

Dans ce contexte, le Département a initié, au sein de la Commission départementale des espaces, sites et itinéraires (CDESI), l'élaboration d'une charte des bonnes pratiques du canoë-kayak, à l'attention des pratiquants occasionnels. Les adhérents à la charte pourront apposer un autocollant dédié sur leur embarcation.

Le Département et les membres de la CDESI ont aussi souhaité responsabiliser les professionnels en lien avec les pratiquants, à travers une seconde charte, à l'intention des gestionnaires et des usagers de la rivière. Elle permettra un travail en synergie entre tous les acteurs : loueurs de canoë, clubs, syndicats de rivières, communes, services de l'État, offices de tourisme, bases de loisirs, Seine-et-Marne Environnement, Seine-et-Marne Tourisme…




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer