AccueilTerritoiresInfos régionUne première ferme d’élevage terrestre de gambas chauffée par un incinérateur de déchets
Innovation

Une première ferme d’élevage terrestre de gambas chauffée par un incinérateur de déchets

Avec Véolia, le Smitom Nord Seine-et-Marne a sélectionné la start-up Lisaqua pour réaliser la plus grande ferme d’élevage de gambas valorisant l’énergie issue du traitement des déchets.
Une première ferme d’élevage terrestre de gambas chauffée par un incinérateur de déchets
© Adobe Stock

TerritoiresInfos région Publié le ,

A l’origine, le Smitom (syndicat de traitement et de valorisation des déchets) Nord Seine-et-Marne et Véolia ont lancé un appel à manifestation d’intérêt visant à accompagner des porteurs de projets agricoles ou industriels. Ils devaient, pour être retenus, envisager d’exploiter des sources de chaleur fiables, locales et renouvelables, afin de limiter l’impact environnemental de leurs activités.

A l’issue d’un processus de sélection associant plusieurs acteurs du territoire, la start-up nantaise Lisaqua a été sélectionnée dans le cadre d’un « projet unique » visant à étudier la faisabilité d’implantation de la première ferme d’élevage de gambas valorisant la chaleur d’un incinérateur de déchets en France. En s’inspirant de la « permaquaculture », cette jeune pousse basée à Nantes a développé un système de production aquacole à faible impact environnemental, dans des fermes situées sur la terre ferme et à proximité des lieux de consommation.

Lisaqua limite son impact environnemental en économisant 99 % d’eau, et en traitant et valorisant les effluents de gambas par un élevage d’invertébrés marins à destination de l’alimentation animale. L’entreprise s’appuiera sur la récupération de la chaleur résiduelle issue de l’incinérateur de déchets, afin de maintenir ses eaux d’élevage à la bonne température, sans avoir recours aux énergies fossiles pour réduire son impact environnemental. Elle produira ainsi les premières gambas fraîches, locales, et garanties « triple zéro » (zéro antibiotique, zéro kilomètre parcouru, zéro rejet polluant) de l’hexagone.

Les travaux de construction de l’échangeur thermique et de la ferme de gambas devraient débuter en 2024. « Nous ferons bénéficier le lauréat de l’expérience et des contacts du Smitom pour la réalisation des équipements techniques : la recherche de financements complémentaires, les démarches administratives, l’inclusion dans le parcours de visite biodiversité du pôle… Le projet tel qu'il nous a été présenté nous a convaincu, tant par la passion et l'ambition de ses concepteurs que par le sérieux de leur démarche », souligne Jean-François Léger, président du Smitom. « Nous espérons réellement qu’il sera mené à son terme, dans l’intérêt de toutes les parties en présence, mais aussi dans l’intérêt du territoire et au regard de son impact environnemental et social ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?