AccueilInfos régionUne exploitation géothermique à la cité Descartes

Une exploitation géothermique à la cité Descartes

Paris Vallée de la Marne prévoit de tirer profit de la chaleur de l'aquifère du bassin parisien, à l'instar de la destination Villages Nature, située au Val d'Europe.
Une exploitation géothermique à la cité Descartes
© DR

TerritoiresInfos région Publié le ,

Une enquête publique a été lancée après les demandes de la communauté d'agglomération de Paris Vallée de la Marne, qui a sollicité une autorisation de recherche d'un gîte géothermique à basse température au niveau de la réserve naturelle située sous Champs-sur-Marne, Noisiel, Emerainville et Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Appelée “Dogger”, cette réserve constitue le principal aquifère géothermique exploité en région parisienne, situé entre 1 600 et 1 800 m de profondeur avec une eau dont la température varie de 55° à 80°C.

Selon le Siges Seine-Normandie, l'eau contenue dans cet aquifère, largement minéralisée, impose la réalisation d'un « doublet » voir d'un « triplet » afin de réinjecter le fluide géothermal dans son réservoir d'origine. Aussi, le deuxième volet de l'enquête publique porte sur une autorisation d'ouverture de travaux de forage de recherche (puits doublet géothermique) au sein de la cité Descartes, à Champs-sur-Marne. Les travaux devraient être menés cette année, pour une finalisation dans deux ans.

La géothermie pour faire face aux chocs pétroliers

Toujours selon le Siges, en 1969, la réalisation du doublet de Melun a permis la première exploitation géothermique au Dogger pour un réseau de chaleur. Cette installation a marqué le développement de la géothermie basse énergie en Île-de-France. Le réseau géothermal a été réhabilité en 1989 puis 1995 et alimente près de 6 000 équivalents logements à l'heure actuelle. Les chocs pétroliers de 1973, puis 1979, ont provoqué une accélération des projets de géothermie au Dogger, pour s'affranchir des coûts du pétrole. Ainsi, en 1981, 25 forages ont été réalisés à des fins d'exploitation géothermiques.

Le contre-choc pétrolier et les problèmes d'exploitation liés aux problèmes de corrosion ont ensuite marqué un arrêt de lancement de nouveaux projets et une fermeture de quelques sites. Il a fallu ensuite attendre 2008, année du Grenelle de l'Environnement, avec le programme de relance de la géothermie en Ile-de-France, porté par la Région, pour voir se lancer de nouveaux projets.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?