AccueilActualitéUne enquête ouverte après l’incendie de câbles électriques SNCF à Vaires-sur-Marne

Une enquête ouverte après l’incendie de câbles électriques SNCF à Vaires-sur-Marne

Le parquet de Meaux a ouvert une enquête pour dégradation volontaire et mise en danger de la vie d'autrui après l'incendie criminel d’un boîtier électrique de la SNCF dans la nuit du 24 janvier à Vaires-sur-Marne.
Des câbles électriques de la SNCF ont été incendiés au poste d'aiguillage de Vaires-sur-Marne.
DR - Des câbles électriques de la SNCF ont été incendiés au poste d'aiguillage de Vaires-sur-Marne.

Actualité Publié le ,

Cet incendie volontaire a provoqué l'interruption du trafic ferroviaire à la gare de l'Est, à Paris, durant toute la journée du 24 janvier. Les policiers du commissariat de Noisiel ont été alertés vers 4h35 de l'incendie de câbles électriques d’un poste d’aiguillage à Vaires-sur-Marne. Celui-ci s'est déclaré vers 1h10 selon le procureur de la République de Meaux Jean-Baptiste Bladier.

D’après les premiers éléments de l'enquête, « un premier coffret abritant des câbles électriques avait été incendié après que deux panneaux en béton condamnant l'accès à la trappe, où ledit coffret était inséré dans le sol, avaient été retirés et déposés », a déclaré le procureur de la République de Meaux.

TGV, ligne P et TER affectés

« Un second coffret, situé de l'autre côté des voies et accessible au moyen d'un tunnel situé sous lesdites voies, avait, lui aussi, fait l'objet de dégradations par incendie », a-t-il ajouté. De son côté, la SNCF a dénoncé un acte de sabotage. « Nous avons découvert des dégradations importantes. C'est un acte de sabotage sur des câbles de signalisation qui comportent des circuits de sécurité », a affirmé Olivier Bancel, numéro deux de SNCF Réseau.

La ligne TGV Est, la ligne P du Transilien en direction de Meaux et
Château-Thierry et les TER Grand Est ont été affectés par cette dégradation. « Des équipes très spécialisées sont en train de travailler. Nous prévoyons un rétablissement très progressif à partir de demain (25 janvier) et un rétablissement définitif à partir d'après-demain (26 janvier) », a indiqué le responsable exploitation et réseau à la SNCF. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Meaux.

Avec l’AFP

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?