AccueilVie des entreprisesUn talent peut en cacher un autre

Un talent peut en cacher un autre

Organisés par la CCI Seine-et-Marne et Seine-et-Marne Développement (Digitall 77), les Challenges numériques récompensent chaque année trois entreprises proposant des usages numériques innovants. Retour sur les lauréats de cette 4e édition.
Un talent peut en cacher un autre

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

Véritables pionniers dans leurs domaine, Electric Loading, Touch Innovation et Akiniti Fighting Technologies se font les portes-drapeau de l'économie numérique seine-et-marnaise.

En effet, ces trois entreprises Seine-et-Marnaises ont remporté les Challenges numériques 2016, une manifestation portée par la CCI 77, et Seine-et-Marne Développement sous la marque Digitall 77.

Pascal Haté et Christophe Matias d'Electric Loading ont ainsi remporté le 1er prix accompagné d'un chèque de 3000 euros, pour la conception et la fabrication de bornes de recharge « universelles et ultrarapides ». Le second prix doté d'une récompense de 2000 euros est revenu à Anthony Placet, Grégory Guimbart et Laetitia Serrano pour la confection de la borne Funny Vet, dédiée principalement à l'adoption d'animaux. Le troisième lauréat, Pierre-Antoine Montez, d'Akinity Fighting, a de son côté reçu 1000 euros pour une solution de boxe connectée.

Après avoir candidaté au printemps dernier, dix entreprises avaient été retenues par un jury d'experts composé de membres des deux institutions organisatrices, dans des domaines aussi variés que le compostage connecté (Tributerre, Ludovic Degand), la création de câbles en ligne (La Câblerie, Flavien Laurent), la domotique appliquée aux habitations (Casanova, David Dray) ou encore la prévention du gel des routes (Themacs Ingénierie, Jean-Pierre Moncheau) .

Le public, composé d'élus, de chefs d'entreprise et de structures académiques, a ensuite voté pour son projet de cœur, lors d'une soirée de remise de prix organisée en novembre.

« Lorsque nous voulons faire passer un message, nous le faisons par le biais des entreprises elles-mêmes » insiste Bertrand Vincent, de la CCI Seine-et-Marne, pour qui « l'innovation numérique émane aussi des TPE/PME ». Les challenges numériques permettent également, selon Bertrand Boissier, également élu à la CCI, de « mettre en valeur » des porteurs de projets et des entreprises innovantes.

« Un tel prix nous offre la possibilité de crédibiliser notre projet », confirme Christophe Matias, qui précise que les Challenges numériques peuvent représenter un « réel coup de projecteur ». Filière d'excellence en Seine-et-Marne, le numérique contribue à plus de 25% de sa croissance économique globale.

L'électro-mobilité à portée de main

Alors qu'il teste une voiture électrique sur un salon, Christophe Matias constate l'impossibilité de trouver facilement une borne de recharge pour son véhicule. De ce constat nait l'idée de créer des bornes de recharge universelles et ultrarapides, à l'image de celles dédiées aux véhicules à moteur thermique.

La borne d'Electric Loading est en effet adaptée à tout type de véhicule (hybride, électrique, vélo et bus), et permet de recharger une batterie en moins de 20 minutes (contre huit heures de recharge sans borne). L'entreprise, basée sur l'éco-pépinière de Sénart, a pensé sa solution d'électro-mobilité de façon à « accompagner de bout en bout » l'utilisateur d'un véhicule électrique. Outre la possibilité de recharge rapide, Electric Loading propose également aux utilisateurs de chercher et réserver la borne la plus proche, et ce, en fonction de la capacité électrique du véhicule concerné.

« Nous recherchons en Seine-et-Marne un site compris entre 11 et 15 ha pour nous implanter et nous développer » indique Christophe Matias. « Nous espérons conquérir 5 à 10% du marché européen d'ici à 2020 », conclut-il. 10 bornes sont d'ores et déjà installées en Seine-et-Marne, notamment à Moissy, Sénart, Meaux, mais aussi à Paris, Porte de la Chapelle.

L'adoption connectée

Egalement récompensée pour une borne, mais tactile cette fois, l'entreprise Touch Innovation (créée en 2011) propose aux vétérinaires une solution visant à promouvoir l'adoption. Dénommée Funny Vet, cette borne dotée de deux écrans permet aux clients de visualiser, en temps réel, tous les animaux disponibles dans les refuges de la SPA. Mais pas seulement : il s'agit pour Laetita Serrano, responsable développement d'une « borne ludique, interactive et fédératrice ».

L'outil propose ainsi d'autres fonctions, telles que la possibilité de consulter Filalapat.fr, un site centralisant l'identification de plus de 20 millions d'animaux et permettant de les retrouver en cas de perte. La borne est aussi et surtout un moyen pour le vétérinaire, qui la finance, de communiquer sur les soins ou la nutrition, et de mettre en avant son site internet.

Celui-ci peut alors gagner en visibilité en gonflant son référencement naturel. Anthony Placet et Grégory Guimbart, cofondateurs de Touch Innovation, n'en sont pas à leur première application, et équipent notamment les clubs de tennis. Produites en France, ces bornes pourront prochainement interagir entre elles, et offriront la possibilité de scanner un animal perdu.

Le coup de poing numérique

A Lagny-sur-Marne, Akiniti Fighting Technologies est en passe de faire passer la boxe dans une nouvelle dimension. Et ce, grâce au développement d'un gant de boxe connecté, qui pourrait bientôt équiper les athlètes des JO 2024.

Doté d'un « gyroscope et d'un accéléromètre », comme le précise Cyril Cointreau, cofondateur de la société, le gant connecté Akiniti permet de mesurer en temps réel la force, la vitesse, le nombre et la performance des frappes du boxeur qui en est équipé. Le sportif peut ainsi suivre ces informations sur l'écran d'un terminal (tablette, smartphone ou ordinateur), et analyser également les différents types de coups portés.

Le système permet ensuite aux boxeurs de se battre à distance, puis de se rencontrer pour progresser entre joueurs de même niveau. Le brevet est d'ores déjà déposé, mais l'objet n'est pas encore commercialisé. « Notre principal problème reste de trouver un fabricant de gant » explique Cyril Cointreau.

Inscrit au projet Smart Paris 2024 (qui vise à enrichir la candidature française), Akiniti envisage de proposer ses gants connectés aux athlètes lors de leur préparation aux combats. Leur utilisation permettra dans un second temps de donner aux spectateurs les statistiques du match visionné, et de profiter d'animations spéciales créées autour des combats.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?