AccueilCollectivitéTraitement de l'eau : feu vert pour le site d'Arvigny

Traitement de l'eau : feu vert pour le site d'Arvigny

Un avis favorable a été accordé à l'usine de Savigny-le-Temple pour l'exploitation d'un nouveau procédé basé sur une filtration très fine.
Traitement de l'eau : feu vert pour le site d'Arvigny
© DR

TerritoiresCollectivité Publié le ,

Ce projet s'inscrit dans la démarche du Syndicat des eaux d'Île-de-France (SEDIF) d'offrir à ses quatre millions d'usagers une eau de la meilleure qualité possible. Cette démarche passait notamment par le déploiement de l'Osmose inverse basse pression (OIBP) sur les filières de traitement de ses usines.

Cette technologie de traitement de l'eau par filtration extrêmement fine va permettre au SEDIF d'aller vers une eau du robinet pure, sans calcaire et sans chlore, mais aussi débarrassée d'un maximum de micropolluants et de perturbateurs endocriniens comme les résidus médicamenteux. Un procédé novateur qui devrait finir de convaincre l'usager d'abandonner de consommer de l'eau en bouteille plastique. Il y a quelques mois, le SEDIF avait ainsi déposé une demande d'autorisation environnementale, afin d'équiper son usine d'Arvigny, à Savigny-le-Temple, de ce traitement. Une autorisation finalement accordée en juillet dernier par le commissaire enquêteur, préalable indispensable à l'autorisation de l'État.

Dans son rapport, celui-ci a estimé que le déploiement de l'OIBP à l'usine d'Arvigny constituait « une avancée technologique considérable dans le domaine de la distribution d'eau potable » et qu'elle « correspondait aux attentes des usagers en matière de qualité de l'eau. » D'autre part, il a assuré que ce projet n'aurait pas d'impact sur le prix du m3 pour les usagers et que la réalisation d'une canalisation de rejet des effluents en Seine (Savigny-le-Temple, Nandy, Seine-Port et Lieusaint) ne constituait pas de danger aux abords immédiats ni d'incompatibilité avec l'usine de production d'eau potable de Morsang-sur-Seine située en aval du rejet.

L'usine d'Arvigny sera donc le premier site équipé de ce traitement par OIBP pour un investissement de 34 millions d'euros. La mise en service complète de l'installation est prévue début 2024. Au total, ce sont 800 millions d'euros qui seront investis par le syndicat francilien, afin de déployer l'OIBP dans l'ensemble de ses usines à horizon 2030.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?