AccueilCollectivitéTragédie malaise

Tragédie malaise

Cinq semaines après la disparition d'un avion de la Malaysia Airlines, le mystère reste entier.

TerritoiresCollectivité Publié le ,

Parti de Kuala Lumpur le 8 mars à 0h41 (heure locale), le Boeing 777 était censé atterrir à Pékin vers 6h30. « Bonne nuit. Malaysia 370 » dit le copilote à la tour de contrôle à 1h19, dernier message connu. Le transpondeur (dispositif électronique émettant une réponse lorsqu’il est interrogé par radio) est coupé deux minutes plus tard. L’appareil disparaît des écrans de contrôle de la circulation aérienne à 1h29. Une heure plus tard, les radars militaires malaisiens le détectent et constatent qu’il vole en sens inverse de sa trajectoire normale. Puis ils perdent sa trace, mais deux satellites de la société de télécommunications Inmarsat reçoivent, jusqu’à 8h11 plusieurs signaux radio émis par l’antenne du Boeing. Les experts d’Inmarsat en déduisent que l’avion s’est écrasé dans l’Océan Indien autour de 8h30.

A ce jour, aucun des débris repérés dans cet océan n’a été identifié comme émanant du vol MH370. Le temps qui passe et la puissance des courants dans la vaste zone concernée rendent cette recherche très aléatoire. Quant aux boîtes noires, elles ont cessé d’émettre et il sera bien difficile de les localiser.

Comment expliquer cette catastrophe aérienne inédite ? L’action d’une organisation terroriste est peu probable, aucune revendication n’ayant été enregistrée. Peut-être s’agit-il d’un acte isolé de piratage, qui aurait mal tourné. Quoi qu’il en soit, cette affaire donne à penser qu’il serait souhaitable de pouvoir suivre intégralement la trajectoire de tout avion de ligne, indépendamment des commandes du poste de pilotage.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?