AccueilActualitéGrand témoin« L’aéroport de Roissy est un formidable gisement d’emplois »

« L’aéroport de Roissy est un formidable gisement d’emplois »

À la tête de Saint-Soupplets (3 252habitants) depuis bientôt huit ans, mais aussi vice-président de la Communauté d’agglomération Pays de Meaux, Stéphane Devauchelle, entend faire fructifier la proximité de sa commune avec l’aéroport.
« L’aéroport de Roissy est un formidable gisement d’emplois »
© DR

ActualitéGrand témoin Publié le ,

Son but est de parvenir à concilier développement économique du territoire et préservation de l’environnement. Malgré les effets négatifs de la crise sanitaire, il est prêt à relever ce défi.

Quel a été votre parcours politique ?

Je suis élu depuis 2001 au sein du conseil municipal de Saint-Soupplets où j’ai exercé deux mandats d’adjoint, en charge du centre technique municipal et des travaux neufs. J’ai été élu maire en 2014 et je suis devenu président de la Communauté de communes des Monts de la Goële. Avec la loi NOTRe du 7 août 2015, portant sur la nouvelle organisation territoriale, nous avons opéré une fusion avec la Communauté d’agglomération Pays de Meaux. J’y occupe la fonction de vice-président, en charge des relations avec le Grand Roissy et Paris-Le Bourget. Enfin, je suis suppléant d’Olivier Morin, le vice-président délégué à l’attractivité, au tourisme et au développement au Conseil départemental de Seine-et-Marne.

Comment se traduit la proximité de Saint-Soupplets avec l’aéroport de Roissy ?

Notre commune se situe à 20 kilomètres de l’aéroport avec un accès routier directement relié à cette plateforme aéroportuaire. Par ailleurs, deux lignes de transport (Seine-et-Marne Express et Filéo Transport à la demande) permettent d’accéder aux différentes zones de l’aéroport 24h/24. Ces moyens de transport et cette proximité rendent la commune très attractive et très demandée. Parallèlement au pôle d’emploi aéroportuaire, la commune offre un tissu économique important. En effet, près de 200 entreprises sont implantées sur le territoire et génèrent 2 000 emplois. D’autre part, la qualité et le cadre de vie sont au centre de mes préoccupations. La municipalité soutient le tissu associatif très développé, propose un programme culturel qualitatif et possède un parcours éducatif, de la maternelle au collège. Elle est également dotée d’installations sportives diverses. Enfin, pour nos aînés, il existe des structures adaptées qui favorisent le lien social et qui luttent contre l’isolement.

© Adobe Stock

Vous avez qualifié cette plateforme aéroportuaire de “locomotive économique”. Pour quelle raison ?

Roissy-Charles-de-Gaulle est tout simplement le premier aéroport d’Europe continentale ! Il génère près de 90 000 emplois directs et quelque 300 000 emplois indirects. Près de 200 habitants de notre commune y travaillent quotidiennement dans différentes entreprises. Cela représente pratiquement 10 % de la population active de Saint-Soupplets. Pour le département, l’agglomération du Pays de Meaux et ses habitants, cet aéroport est ainsi un formidable gisement d’emplois. D’autre part, la gare TGV de l’aéroport offre une connexion avec tout le pays et l’Europe. Une intermodalité a été créée entre le ferroviaire, l’aérien et le routier.

Au sein de la Communauté d’agglomération, vous êtes chargé des relations territoriales avec Aéroport de Paris. Comment définissez-vous votre rôle et existe-t-il des projets ?

Je suis, en effet, vice-président délégué aux autorités aéroportuaires du Grand Roissy et de Paris-Le Bourget. Mon rôle est d’assurer une communication, d’être une passerelle entre les différentes entités pour mener à bien les projets impliquant le territoire. Le projet phare, initié par Jean-François Copé, est constitué par le pôle Guynemer, qui est une filière dédiée aux métiers de l’aéronautique au sein du lycée Coubertin de Meaux (voir encadré).

Le Plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) est en discussion jusqu’au 22 mars, mais il est contesté par plusieurs associations écologiques.

Quelle est votre position et existe-t-il une “bonne solution” ?

Au titre de la Communauté d’agglomération du Pays de Meaux et en accord avec son président, Jean-François Copé, nous apporterons nos contributions et notre vision. En tant qu’élus du territoire, nous devons être les porte-parole de nos administrés et répondre à leurs attentes en matière environnementale.

Cette problématique du bruit impacte-t-elle votre commune ?

Elle est dans le Plan d’exposition au bruit (PEB) et dans le Plan de gêne sonore (PGS). Le premier est une mesure préventive d’urbanisme et le second un dispositif curatif. Le PEB est mis en œuvre afin de limiter l’augmentation de riverains soumis au bruit généré par les aéronefs. Quant au PGS, il permet l’aide à l’insonorisation des habitations de la commune, afin d’atténuer le bruit ressenti. Ces deux dispositifs peuvent tout à fait s’harmoniser en se superposant.

Vous êtes également membre de la commission consultative de l’environnement (CCE). Le développement économique et la défense de l’environnement peuvent-ils être compatibles ?

Ils le sont évidemment et ne doivent pas être opposés. Des synergies et des solutions techniques innovantes doivent être trouvées et mises en place, afin de trouver le meilleur équilibre possible.

© CC BY-SA 3.0 - Mairie de Saint-Soupplets

Quelle est la finalité de l’entité Roissy Meaux Aéropôle créée il y a quelques mois ?

L’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle est un pôle économique d’envergure nationale et mondiale. L’objectif de ce Groupement d’intérêt public (GIP), qui a été créé sous l’impulsion de Jean-François Copé, est de fédérer les énergies et d’avoir un territoire unifié entre les quatre intercommunalités (Roissy Pays de France, Pays de Meaux, Plaines et Monts de France et Pays de l’Ourcq) et le Conseil départemental de Seine-et-Marne. On souhaite également profiter collectivement des retombées économiques de l’aéroport. Roissy Meaux Aéropôle porte aussi des projets dans différents domaines comme les transports, les accès routiers, l’environnement, l’emploi et la formation, le tourisme ou encore le logement.

Comment avez-vous vécu l’abandon du projet concernant le Terminal 4 ?

Il est évident que l’activité économique aurait été boostée et les offres d’emploi multipliées. De plus, ce projet répondait à l’accroissement soutenu du trafic aérien d’avant-Covid. Mais ne perdons pas de vue non plus que ce projet ambitieux aurait accru le nombre de vols au-dessus de notre territoire. La crise sanitaire a rebattu les cartes, mais d’autres projets verront le jour autour de ce secteur toujours en développement.

Comment imaginez-vous l’avenir de Saint-Soupplets ?

Notre commune possède de nombreux atouts, notamment sa proximité avec de grands pôles économiques et son cadre de vie de qualité. Elle doit conserver cet équilibre, en préservant la tranquillité et le bien-être de ses habitants, tout en bénéficiant de services de proximité performants.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?