AccueilTerritoiresInfos régionSécurité routière : un bilan négatif
Route

Sécurité routière : un bilan négatif

Les chiffres provisoires liés à la sécurité routière pour l’année 2022 indiquent une hausse du nombre d’accidents, de tués et de blessés sur les routes par rapport à 2021.
Les chiffres provisoires liés à la sécurité routière pour l’année 2022 indiquent une hausse du nombre de morts.
© Adobe Stock - Les chiffres provisoires liés à la sécurité routière pour l’année 2022 indiquent une hausse du nombre de morts.

TerritoiresInfos région Publié le ,

En Seine-et-Marne, les chiffres 2022 de la sécurité routière ne sont pas bons. A la date du 29 novembre, on déplorait ainsi 50 personnesdécédées, dont 20 étaient des usagers vulnérables (dix motocyclistes, huit piétons et deux cyclistes). En 2021, à la même période, 43 tués avaient été comptabilisés (51 morts au total au 31 décembre 2021).

L’analyse de ces chiffres provisoires, réalisée sur la base de 835 accidents (contre 622 en 2021), révèle que 38 accidents ont provoqué la mort de 42 personnes contre 38 en 2021. La préfecture déplore également 1 086 blessés contre 839 en 2021. A 71 %, les victimes sont originaires de Seine-et-Marne et les tranches d’âges les plus touchées sont les 25-44 ans (16 décès contre 9 en 2021). Viennent ensuite les 45-64 ans (12 personnes tuées contre 10 en 2021), tandis que les personnes âgées de 65 ans et plus représentent huit personnes tuées (contre sept en 2021). Enfin, quatre personnes âgées de 18 à 24 ans sont décédées sur la route de même qu’un enfant et un adolescent de moins de 18 ans. Les mois les plus meurtriers ont été juin et juillet (sept victimes chacun).

La prise de stupéfiants en forte hausse

Autres enseignements à tirer de ce bilan : les routes départementales sont les plus meurtrières (53 % des accidents mortels), alors que la prise de stupéfiants figure parmi les principales causes des accidents (+ 46 % par rapport à 2021). On peut également mentionner les traditionnels excès de vitesse, la consommation d’alcool et le refus depriorité, tandis que l’utilisation du téléphone au volant demeure un fléau.

Dans ces conditions, il n’est donc pas surprenant que les contrôles routiers, effectués sous l’autorité de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) et en présence de Frédéric Lavigne, le directeur de cabinet du préfet de Seine-et-Marne, se soient multipliés après l’annonce de ces chiffres. Ces contrôles se sont déroulés aussi bien en ville (Melun, Chelles) qu’en zone rurale (Saint-Germain-Laxis, Fontenay-Trésigny). A Chelles, par exemple, sur les 35 automobilistes contrôlés le 25 novembre, 22 ont été verbalisés. Quant à l’opération menée sur la commune de Fontenay-Trésigny par la gendarmerie le 30 novembre, elle s’inscrivait dans le cadre du dispositif “PV au VOL“programmé dans le plan trimestriel de lutte contre l'insécurité routière. A cette occasion, la brigade motorisée (BMo) avait innové en mettant en place un système mobilisant l’action simultanée de trois enquêteurs circulant à bord d’un véhicule banalisé.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?