AccueilArt de vivreLoisirs & CultureSea Life Paris teste l’appli Seascan

Sea Life Paris teste l’appli Seascan

L’aquarium de Serris expérimente une application pédagogique et ludique qui reconnaît les espèces marines en temps réel. Une grande première.
Sea Life Paris teste l’appli Seascan
© Adobe Stock

Art de vivreLoisirs & Culture Publié le ,

Né il y a un an, ce projet est le fruit d’une collaboration entre l’aquarium Sea Life Paris Val d’Europe et la start-up Tiko. Tout a commencé par un constat dressé par les créateurs de la jeune pousse : le complexe aquatique devait améliorer l’accès à l’information sur les espèces marines qu’il abrite. Fasciné par le monde marin et fraîchement diplômé d’une école d’ingénieur spécialisée dans le numérique, le trio d’entrepreneurs (Sarah Le, Axel Vinant et Antoine Ghiassi) s’est alors mis au travail. Sa mission ? Utiliser la technologie pour améliorer l’expérience des visiteurs, apprendre à mieux connaître les animaux peuplant les bassins et sensibiliser le grand public à la protection des océans. Le tout en s’amusant.

L’expérimentation s’est déroulée le 21 septembre. Munies de l’appli Sea
Scan, les équipes de Sea Life Paris et de Tiko étaient présentes pour une visite originale de l’aquarium. Site unique en région parisienne avec ses neuf zones thématiques (Amazonie, Antarctique, littoraux français, eaux profondes de l’Atlantique…), l’aquarium de Val d’Europe est, en effet, le terrain de jeu idéal pour lancer cet outil numérique. Les 50 bassins accueillent plus de 2 250 animaux marins et d’eau douce issus de près de 350 espèces.

Un vrai défi

Le point central de Seascan est la reconnaissance des espèces en temps réel et en mouvement, grâce à l’intelligence artificielle. Cette partie a constitué un vrai défi pour les ingénieurs de Tiko, qui ont utilisé un modèle de reconnaissance d’images extrêmement rapide et exportable sur smartphone. Mais pour le faire fonctionner, il faut fournir au préalable plusieurs centaines d’images de chaque espèce et lui indiquer la position de l’animal. À l’échelle de l’aquarium Seal Life Paris, SeaScan est capable de reconnaître 127 espèces, soit 73 000 images. L’objectif est d’atteindre plusieurs centaines de milliers d’images.

Sur un plan ludique, l’application invite les visiteurs à découvrir le plus d’espèces possible, à accomplir des quêtes et à répondre à des quiz consacrés aux grands défis (surpêche, disparition des espèces, pollution plastique, blanchiment des coraux…) que les océans doivent relever. Plongé au cœur du monde aquatique, l’utilisateur de Sea
Scan s’amuse tout en découvrant la fragilité de ce monde fascinant.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 05 novembre 2022

Journal du05 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?