AccueilTerritoiresCollectivitéSavigny-le-Temple : le Sedif et Grand Paris Sud actent l’arrêt du projet pilote à l’usine d’Arvigny
gestion de l'eau

Savigny-le-Temple : le Sedif et Grand Paris Sud actent l’arrêt du projet pilote à l’usine d’Arvigny

André Santini, président du syndicat des eaux francilien, et Michel Bisson, président de l’agglomération de Grand Paris Sud (GPS), sont parvenus à trouver un accord, « dans une vision partagée des enjeux de GPS ».
Savigny-le-Temple : le Sedif et Grand Paris Sud actent l’arrêt du projet pilote à l’usine d’Arvigny
Le projet initialement validé par le commissaire enquêteur. @SEDIF

TerritoiresCollectivité Publié le ,

Pour rappel, le Sedif avait indiqué prendre acte, en janvier dernier, du refus du préfet de Seine-et-Marne d’accorder l’autorisation environnementale au déploiement de l’Osmose inverse basse pression (OIBP) sur le site pilote d’Arvigny, à Savigny-le-Temple. « Ce projet avait fait l’objet d’un avis favorable du commissaire enquêteur, qui estimait en juillet 2021 dans son rapport qu’il représentait “une avancée technologique considérable dans le domaine de la distribution d’eau potable, jamais égalée à ce jour“ », soulignait alors le syndicat, ajoutant que « cette avancée correspondait aux attentes des usagers en matière de qualité de l’eau ».

Michel Bisson, et André Santini s’étant mis d’accord sur l’arrêt du projet pilote de l’OIBP, le Sedif va désormais se consacrer à déployer cette technologie sur ses trois usines principales (Choisy-le-Roi, Méry-sur-Oise, Neuilly-sur-Marne). « L’usine demeurera cependant un ouvrage essentiel de sécurisation mutuelle et d’ultime secours avec les autres autorités organisatrices », précise le syndicat.

Grand Paris Sud étant « l’une des intercommunalités engagées dans le nouveau syndicat mixte de production et de transport d’eau potable qui fait autorité sur le réseau interconnecté sud francilien (RISF) », les deux entités ont « partagé la nécessité de travailler avec l’ensemble des autorités organisatrices de petite et grande couronne à une organisation de l’alimentation en eau des Franciliens qui soit cohérente, coopérante et à une échelle adaptée, tout en respectant les équilibres actuels et l’intégrité des réseaux hydrauliques ».

Pour le Sedif, la maîtrise publique des ouvrages de production et de transport en gros de l’eau est une nécessité en ce qu’elle « garantit l’utilisation la plus pertinente des deniers publics et donc de la maîtrise de la facture des usagers ». Elle doit également « permettre aux élus de décider des investissements structurants, considérant les enjeux du changement climatique et de la transition écologique ».

L’OIBP, technique de filtration extrêmement fine, cousine de la nanofiltration déjà mise en place à l’usine de Méry-sur-Oise depuis 1999, doit en effet permettre d’offrir aux usagers une eau plus pure, sans calcaire et sans chlore, mais aussi débarrassée d’un maximum de micropolluants et de perturbateurs endocriniens.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?