AccueilTerritoiresCollectivitéRetraites : demi-mesures

Retraites : demi-mesures

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présenté le 27 août le projet gouvernemental de réforme des retraites, essentiellement marqué par une hausse des cotisations.

TerritoiresCollectivité Publié le ,

Le déficit des retraites étant estimé à près de 21 milliards d’euros en 2020, le gouvernement se devait d’agir. Mais il était attendu sur ce dossier par les syndicats ainsi que par l’aile gauche du parti socialiste. L’âge légal de départ à la retraite n’est pas modifié tandis qu’à partir de 2020 et jusqu’en 2035, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein va augmenter d’un trimestre tous les trois ans. Les cotisations salariales et patronales progresseront de 0,3 %% sur quatre ans. Pour amadouer le patronat, Jean-Marc Ayrault a promis qu’une réforme sera engagée afin que « le financement de la protection sociale et de la branche famille en particulier pèse moins sur le coût du travail et donc sur l’emploi », précisant même qu’il n’y aurait pas de hausse du coût du travail en 2014. Une promesse qui ne semble guère convaincre le Medef… Quant aux retraités, ils sont mis à contribution de deux façons : la date de revalorisation des pensions est décalée de six mois et la majoration de pension pour les parents de trois enfants au moins sera plafonnée à partir de 2020.

Selon Jean-Marc Ayrault, le régime général sera ainsi équilibré en 2020. Mais le régime global des retraites est aussi dû, pour les deux-tiers, aux pensions du secteur public. Or, rien n’est fait pour réduire le coût des régimes spéciaux. Par ailleurs, les hypothèses économiques du gouvernement, qui servent de cadre à sa réforme, prévoient une croissance moyenne de 1,6 %% jusqu’en 2020 et un taux de chômage de long terme de 4,5 %% ! C’est dire que rien n’est réglé. Notre régime de retraites est l’un des plus généreux du monde. Mais les avantages accordés à une époque de grande prospérité ne peuvent perdurer. Faute de quoi, la France continuera à traîner ce fardeau qui plombe notre dette publique.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?