AccueilÉconomieLe projet de Pôle métropolitain en sursis

Le projet de Pôle métropolitain en sursis

Cette entité territoriale devait réunir le Pays de Meaux, le Pays de l'Ourcq, Plaines et Monts de France et Roissy-Pays de France. Elle restera sous la forme du groupement d'intérêt public (GIP), Roissy-Pays de France ayant mis son véto.
Le projet de Pôle métropolitain en sursis
© DR

Économie Publié le ,

Jean-François Copé est tombé de haut. Le maire de Meaux et président de la communauté d'agglomération du Pays de Meaux espérait concrétiser ce projet initié il y a deux ans et favorisant la réunion des intercommunalités voisines (Pays de l'Ourcq, Plaines et Monts de France et Roissy Pays de France).

Le double objectif avoué était de peser face au Grand Paris, avec un territoire potentiellement peuplé de 500 000 habitants, et de bénéficier des retombées de l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. Mais le 21 janvier dernier, les élus de Roissy Pays de France (intercommunalité située à cheval sur la Seine-et-Marne et le Val d'Oise), n'y trouvant visiblement pas leur intérêt, ont rejeté en bloc cette proposition. Une décision que « regrette profondément » le maire de Meaux. Ces multiples réunions organisées et ses arguments (une structure privilégiant le développement économique, l'emploi, la formation, le logement et le développement durable) n'auront donc pas suffi. Pascal Doll, le président de Roissy Pays de France élu le 11 juillet dernier, a préféré se ranger derrière sa majorité.

Mais ce refus n'a pas pour autant mis fin au projet d'union des intercommunalités du Nord Seine-et-Marne, qui continue sous la forme d'un groupement d'intérêt public (GIP). « Si nous n'avons pas de pôle métropolitain, nous avons un GIP, qui regroupe encore quatre agglomérations et le Département, et qui va demeurer. Pascal Doll m'a donné son accord pour que nous poursuivions son développement, même si c'est une structure moins intégrée », a précisé Jean-François Copé lors d'une conférence de presse. L'élu, président actuel du GIP, a en effet indiqué avoir réuni les parties prenantes encore dans la course, ainsi que la conférence des maires du Pays de Meaux.

Trois pistes de travail, qui sont susceptibles « d'apporter de vraies réponses aux habitants du Nord Seine-et-Marne », ont d'ores et déjà été actées. D'abord, la concrétisation du pôle Guynemer dédié à la formation, à l'apprentissage, à l'enseignement aux métiers de l'aéronautique, de l'avionique et de l'aéroportuaire. Ensuite, les élus prévoient de renforcer les synergies entre les trois collectivités concernées, notamment dans le domaine du tourisme. « Nous avons déjà pris l'habitude de mener des coopérations. Nous sommes en train de réfléchir à la fusion de nos offices de tourisme, entre le Pays de l'Ourcq et du Pays de Meaux », a expliqué le maire de Meaux. Enfin, le GIP va adhérer à toutes les structures qui travaillent autour de l'aéroport de Roissy au développement économique, à l'emploi, et à l'insertion. Ces trois pistes devraient compenser l'absence actuelle de consensus sur la question de la formation du Pôle métropolitain.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?