AccueilÉconomieVie des entreprisesQuatre jardineries s'engagent pour limiter l'utilisation des produits phytosanitaires

Quatre jardineries s'engagent pour limiter l'utilisation des produits phytosanitaires

La signature d'une charte visant à « jardiner en préservant sa santé et l'environnement » a été signée, à Melun, par quatre enseignes de jardinages franciliennes.
Quatre jardineries s'engagent pour limiter l'utilisation des produits phytosanitaires
© DR

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

Aux serres municipales de la Ville de Melun s'est tenue dernièrement la signature de la Charte régionale « Jardiner en préservant sa santé et l'environnement », en présence d'AQUI'Brie, de Véolia, de la Fredon Île-de-France, de la DRIAAF et des premières jardineries signataires.

Cette charte, portée par Fredon Île-de-France est à destination des enseignes des métiers de la jardinerie et de la grande distribution, accompagne la transition des pratiques des particuliers qui ne pourront plus acheter de produits phytosanitaires chimiques de synthèse pour leurs jardins et espaces privés, à partir du 1er janvier 2019.

Cette démarche a également comme objectifs d'impliquer et d'accompagner les distributeurs (398 distributeurs agréés grand public en Île-de-France) afin qu'ils soient formés et disposent des outils nécessaires pour accompagner les jardiniers amateurs dans l'emploi de méthodes alternatives aux produits phytopharmaceutiques.

Quatre jardineries situées sur l'aire d'alimentation des captages de la Fosse de Melun et de la basse vallée de l'Yerres, dont le contrat de protection est animé par Aqui'Brie, l'association de protection de la nappe de Champigny, et porté par les producteurs d'eau (Suez, Véolia, Sedif), ont déjà franchi le pas. Il s'agit de Jardiland Villabé (Essonne), Jardiland La-Queue en-Brie (Val-de-Marne), Jardiland Dammarie-les-Lys et Côté Nature Santeny (Val-de-Marne).

Cette charte, d'envergure régionale, bénéficie du soutien financier de l'Agence de l'Eau Seine Normandie, dans le cadre d'un appel à projet régional. Le projet, d'une durée de trois ans, s'inscrit pleinement dans la feuille de route régionale Ecophyto 2 (plan visant à réduire dans une certaine mesure les usages, les risques et les impacts des produits phytosanitaires).

Cette action a vocation à impliquer un maximum d'acteurs/animateurs de territoires, à savoir les parcs naturels régionaux (PNR), les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), établissements publics d'aménagement et de gestion des eaux (Epage) et les associations.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 05 novembre 2022

Journal du05 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?