AccueilInfos régionProvins : un nouveau centre pour les personnes souffrant de troubles psychiques

Provins : un nouveau centre pour les personnes souffrant de troubles psychiques

Un Groupe d'entraide mutuelle (GEM) vient d'ouvrir à Provins. Il vient s'ajouter à trois autres structures seine-et-marnaises, qui accueillent des personnes souffrant de troubles psychiques et d'isolement social.
Provins : un nouveau centre pour les personnes souffrant de troubles psychiques

TerritoiresInfos région Publié le ,

« Notre objectif, c'est de permettre à ce public fragile de rompre avec la solitude », explique Marie-Agnès Faye, directrice des Groupes d'entraide mutuelle du département. À ceux de Meaux, Coulommiers, et Fontainebleau, s'ajoute un nouvel établissement, qui a été inauguré récemment à Provins en présence d'élus locaux.

Il accueille depuis novembre dernier 34 personnes (huit par demi-journée) souffrant de troubles psychiques et d'isolement social ainsi que des victimes souffrant de séquelles dues à un traumatisme crânien.

« Nous leur apportons une activité hebdomadaire, y compris le samedi parfois », précise Marie-Agnès Faye. Des cours de mathématiques, de danse, de cuisine, ou encore de Yoga… Toutes les activités sont bonnes pour reprendre confiance en soi et se réacclimater à la vie en société. « Nous sommes également soumis à un cahier des charges, ce qui implique des ateliers recherche emploi », complète la directrice des GEM, qui ajoute qu'un « très faible pourcentage de ces personnes retournera au travail, car elles sont en grande difficulté psychologique ».

© Coallia

Le site de Coulommiers, dont les nouveaux locaux ont également été inaugurés rue Martial-Cordier, accueille en ce sens un Service d'accompagnement à la vie sociale (SAVS) et un Service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH). De fait, quinze personnes ont tout de même retrouvé le chemin de la vie active.

L'accès à la culture prend également une large place dans ce programme. « Nous avons signé différentes conventions, notamment avec le Louvre », indique Marie-Agnès Faye. L'idée étant finalement, pour la directrice des GEM, de replacer ces personnes en souffrance « dans le dynamisme de la vie quotidienne ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?