AccueilTerritoiresInfos régionProvins : un nouveau centre pour les personnes souffrant de troubles psychiques

Provins : un nouveau centre pour les personnes souffrant de troubles psychiques

Un Groupe d'entraide mutuelle (GEM) vient d'ouvrir à Provins. Il vient s'ajouter à trois autres structures seine-et-marnaises, qui accueillent des personnes souffrant de troubles psychiques et d'isolement social.
Provins : un nouveau centre pour les personnes souffrant de troubles psychiques

TerritoiresInfos région Publié le ,

« Notre objectif, c'est de permettre à ce public fragile de rompre avec la solitude », explique Marie-Agnès Faye, directrice des Groupes d'entraide mutuelle du département. À ceux de Meaux, Coulommiers, et Fontainebleau, s'ajoute un nouvel établissement, qui a été inauguré récemment à Provins en présence d'élus locaux.

Il accueille depuis novembre dernier 34 personnes (huit par demi-journée) souffrant de troubles psychiques et d'isolement social ainsi que des victimes souffrant de séquelles dues à un traumatisme crânien.

« Nous leur apportons une activité hebdomadaire, y compris le samedi parfois », précise Marie-Agnès Faye. Des cours de mathématiques, de danse, de cuisine, ou encore de Yoga… Toutes les activités sont bonnes pour reprendre confiance en soi et se réacclimater à la vie en société. « Nous sommes également soumis à un cahier des charges, ce qui implique des ateliers recherche emploi », complète la directrice des GEM, qui ajoute qu'un « très faible pourcentage de ces personnes retournera au travail, car elles sont en grande difficulté psychologique ».

© Coallia

Le site de Coulommiers, dont les nouveaux locaux ont également été inaugurés rue Martial-Cordier, accueille en ce sens un Service d'accompagnement à la vie sociale (SAVS) et un Service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH). De fait, quinze personnes ont tout de même retrouvé le chemin de la vie active.

L'accès à la culture prend également une large place dans ce programme. « Nous avons signé différentes conventions, notamment avec le Louvre », indique Marie-Agnès Faye. L'idée étant finalement, pour la directrice des GEM, de replacer ces personnes en souffrance « dans le dynamisme de la vie quotidienne ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

Journal du 03 septembre 2022

Journal du03 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?