Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

Provins : le chevet de Saint-Ayoul inauguré

le - - Territoires - Infos région

Provins : le chevet de Saint-Ayoul inauguré
© DR

Après 15 ans de travaux, l'église de Saint-Ayoul, pièce maîtresse du patrimoine local, va ouvrir au public. Son chevet a été inauguré dernièrement, l'occasion de signer une nouvelle convention de restauration avec l'État et de rappeler les étapes de sa construction.

L'ensemble architectural doit son édification à la découverte, en 996, de reliques attribuées à Saint-Ayoul. Elles sont mises à l'abri et conservées dans la crypte de la chapelle Saint-Médard, attirant progressivement des pèlerins. Ces derniers se faisant toujours plus nombreux, le comte Thibaut 1er réforme les lieux et prévoit la création d'une église paroissiale et d'un prieuré bénédictin. La construction, particulièrement ambitieuse, comporte une nef munie de bas-côtés, un vaste transept et un chœur déambulatoire avec plusieurs chapelles rayonnantes.

En 1527, un conflit entre la paroisse et le prieuré provoque la séparation en deux du monument. La nef et les bas-côtés sont attribués à la paroisse, tandis que le chevet reste au prieuré. Un mur est élevé entre les deux parties. L'ensemble est finalement vendu comme bien national à la fin du xviiie siècle et accueille une sous-préfecture, la gendarmerie nationale, la cavalerie ou encore l'armée. Les premières études et les premiers travaux de consolidation débutent à partir de 1938, lorsque le chevet est rétrocédé au service des Beaux-arts, par le ministère de la Guerre.

En 2003, la ville devient propriétaire du prieuré, permettant le « sauvetage » de l'aile Est (abritant la Communauté de communes du Provinois), puis l'aménagement du cloître.

L'Etat et la ville signent une convention

La première convention-cadre de restauration du patrimoine, signée en 2004 entre la ville et l'État, avait acté le transfert de propriété du chevet par le ministère de la Culture. Au total, 11 millions d'euros ont été investis sur l'ensemble de Saint-Ayoul durant cette période, permettant de révéler des fresques et des enduits peints au niveau de la croisée du transept et sur les murs. Des « jeux de lumière », nés du travail du maître-verrier allemand Udo Sembok, embellissent également les lieux.

Mais la restauration n'est pas terminée. Dans le cadre de cette inauguration, une nouvelle convention-cadre 2019-2029 a été signée. Près de 10 millions vont à nouveau être investis, afin notamment de restaurer la dernière tranche des remparts de la ville haute et de débuter la réhabilitation de l'église Sainte-Croix (aujourd'hui fermée au public). Ainsi, chaque année, l'État investira 400 000 euros, le Département 200 000 euros et la Région Île-de-France 150 000 euros.

Le chevet ouvrira au public à la mi-juin. Un audioguide sera mis à disposition des visiteurs, d'abord en anglais et en français. Puis une version en japonais et en mandarin sera déployée en 2020. La visite sera intégrée dans le Pass Monument de l'office du tourisme, en tant que 5e édifice.

La municipalité proposera par ailleurs que la visite du Chevet soit gratuite, à partir de juillet le premier week-end de chaque mois pour les Provinois et les habitants de la communauté de communes.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer