AccueilTerritoiresInfos régionDépartement : premier bilan et nouveaux défis
Conseil départemental de Seine-et-Marne

Département : premier bilan et nouveaux défis

Fort d’une belle santé financière, le Conseil départemental de Seine-et-Marne, présidé par Jean-François Parigi (LR) depuis juillet 2021, vient de dresser un premier bilan de son action.
Jean-François Parigi
© Département Seine_et_marne - Jean-François Parigi

TerritoiresInfos région Publié le ,

Sécurité

Le Département a déployé son “bouclier de sécurité” (sécurisation des collèges, équipement des forces de l’ordre et création d’un centre départemental de supervision). Ce dispositif vise aussi à accompagner le déploiement de la vidéo-protection et à moderniser les équipements des polices municipales et intercommunale. Toujours dans ce domaine, une gratification de 6 000 euros viendra s’ajouter à la subvention accordée (plafond à 350 000 euros) pour la sécurisation des collèges, des maisons départementales des solidarités (MDS) et des espaces naturels sensibles (ENS). Par ailleurs, dans le cadre de sa lutte contre le harcèlement scolaire, le Département a recruté 12 médiateurs, affectés dans 12 collèges. Cette brigade expérimentale a vocation à mener des actions de prévention et d’intervention en gestion de conflits.

Routes

L’exécutif départemental entend mener une politique ambitieuse en faveur de l’entretien, de la rénovation et de la sécurisation des 4 400 km de routes, dont il a la charge tout en développant une action volontariste en direction des routes nationales. Le Département souhaite ainsi obtenir le transfert des RN 4 et 36 qui traversent son territoire. Les discussions ont été engagées avec l’État en avril. Le but est de remettre aux normes les 69 km de la RN 4 et les 39 km de la RN 36 pour un budget de près de 40 millions d’euros. Le transfert pourrait être finalisé au 1er janvier 2024. D’autre part, le retour aux 90 km/h a concerné 1 121 km de routes départementales, soit un quart du réseau départemental et un tiers du réseau départemental hors agglomération (1 370 panneaux installés pour 720 000 euros). Enfin, la signalétique directionnelle (800 panneaux) a été remise intégralement en état (1,5 million d’euros).

Collectivités

Un “fonds intempéries” a été créé en novembre 2021 pour permettre aux communes et aux collectivités en charge de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations (GeMAPI) de faire face aux coûts de remise en état des biens endommagés par les inondations de l’été 2021. Pouvant être réabondé en cas d’urgence, ce dispositif s’articule autour d’un accompagnement technique et financier ciblé. Dans le cadre de l’entretien des rivières, six collectivités ont perçu 80 094 euros et à partir de novembre, cinq autres toucheront 164 906 euros (245 000 euros de subvention au total). Par ailleurs, les contrats ruraux (CoR) ont vu leur plafond de subvention passer de 370 000 à 500 000 euros. Les modifications majeures concernent l’éligibilité au financement des aménagements réalisés par les communes sur les routes départementales en agglomération et l’allongement à cinq ans de la durée du contrat.

Solidarités

Dès son élection, Jean-François Parigi a promis de faire de la Seine-et-Marne une terre plus inclusive à l’égard des personnes en situation de handicap. Un plan structuré doit s’appuyer sur les actions suivantes : lutte contre l’handiphobie dans les collèges (désignation d’un référent handicap), parcours visiteur adapté dans les ENS, développement des aides aux habitats autonomes, innovants et inclusifs et meilleure accessibilité des bâtiments publics. Ce schéma devrait être finalisé d’ici la fin de l’année. Favoriser le retour à l’emploi des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) est une autre ambition. Le but est de proposer des perspectives d’insertion professionnelle nouvelles et d’insuffler une dynamique avec une politique du “juste droit” territorialisée. Un appel à projets a été lancé en avril pour faire émerger une solution d’accompagnement vers les secteurs en tension (hôtellerie, restauration, agriculture, espaces verts et transports). La plateforme BimBamJob l’a remporté pour un montant de subvention d’environ un million d’euros, intégralement financée par le Fonds social européen (FSE). La mise en œuvre est prévue jusqu’au 30 juin 2023. Formation professionnelle, accompagnement au maintien dans l’emploi, incitation financière lors de la reprise d’un emploi sont les éléments de ce dispositif. Enfin, lutter contre les violences faites aux femmes et intrafamiliales demeure un engagement, même s’il reste encore beaucoup de travail (la Seine-et-Marne se situe actuellement au 10e rang national avec 2,7 % de victimes de violences). Un appel à projets va être lancé, afin de soutenir les structures qui accompagnent les victimes et pour améliorer leur prise en charge.

Habitat

Face à la forte croissance démographique du territoire, l’exécutif entend s’appuyer sur une politique axée sur le développement de l’offre de logements et sur l’accès et le maintien dans le logement des publics fragiles via la mobilisation du Fonds de solidarité logement (FSL). Ce fonds doit devenir un outil de lutte contre la précarité. Les dernières projections confirment que la modification des plafonds et des barèmes a eu un impact positif avec le versement de 1,2 million d’euros d’aides supplémentaires (hausse de 49 %) et l’éligibilité de 1 238 personnes supplémentaires sur 6 893 (18 % de bénéficiaires en plus).

Sport

Le développement du sport scolaire et du handisport est une priorité. Entre 2021 et 2022, le budget alloué au sport scolaire a ainsi augmenté de 44 % (de 437 350 à 630 000 euros). Les critères de soutien à l’Union nationale du sport scolaire de Seine-et-Marne (UNSS 77) et aux associations sportives scolaires vont être revus, alors que les organisateurs de grandes manifestations sportives devront proposer des actions en direction des publics scolaires et handisports pour bénéficier de subventions. Pour le handisport, l’objectif est de renforcer le maillage de clubs proposant des activités destinées à cette catégorie de public. Un financement de minibus adaptés et une formation des éducateurs sont à l’étude, tandis qu’une démarche a été engagée auprès des écoles multisports pour accompagner l’organisation d’activités. Les bourses attribuées aux sportifs de haut niveau et aux jeunes intégrant un pôle espoir bénéficieront aussi désormais aux sportifs inscrits sur les listes ministérielles et adeptes de sports collectifs. Par ailleurs, un protocole d’accord avec la Fédération française de basket-ball est en cours de formalisation. Le but est de développer le basket 3x3 (désormais discipline olympique) ,avec notamment la mise en place d’un plan départemental d’un million d’euros (création de 77 terrains de 3x3 en priorisant les territoires carencés), le développement de l’événementiel dans des lieux emblématiques et sur des terrains mobiles et la mise à disposition d’éducateurs. Enfin, en 2023, la Seine-et-Marne va accueillir plusieurs événements sportifs : l’épreuve cycliste Paris-Nice, en mars, le meeting d’athlétisme de Fontainebleau, en mai ,et des compétitions de canoë-kayak et d’aviron préparatoires aux JO 2024.

Jeunesse

Il y a un an, le Département lançait une campagne de lutte contre le harcèlement scolaire (près de 700 000 jeunes touchés par an) via plusieurs outils (affiches, kakemonos, 50 000 sets de table, boîte à idées digitale, documentaire “Derrière les maux”, convention avec l’association “Marion La Main Tendue” et création de salles de confiance). L’exécutif récidive cette année avec une campagne de sensibilisation et d’éducation à l’usage des outils numériques, afin de donner aux collégiens les ressources nécessaires leur permettant d’identifier les dangers du web. Pour cette campagne, le Département a fait appel à l’illustrateur Mathieu Persan. Au collège, plusieurs outils sont déployés (malle de l’éducation aux médias et à l’information, plateformes Myclasse77 et Mystage77, matériel web radios et studio médias). Des projets sont en cours à Villeparisis, en novembre, et au collège Jacques-Yves Cousteau de
Bussy-Saint-Georges, en janvier 2023.

© Département Seine_et_marne

Culture

Rendre la culture accessible à tous en soutenant des initiatives innovantes des collectivités et des acteurs culturels, telle est l’ambition de l’exécutif. Ainsi, le pôle “Art et Handicap” a vocation à garantir aux personnes en situation de handicap un accès à l’art et à la culture et à faciliter la mise en relation entre les structures culturelles et les établissements médico-sociaux. Ce projet a été porté dès septembre 2021 avec un financement à hauteur de 50 000 euros. Ce pôle sera inauguré le 27 septembre à Bailly-Romainvilliers.

Patrimoine

Un budget annuel de 50 000 euros est dédié à la valorisation du patrimoine local et des archives communales déposées aux Archives départementales. En fonction des ressources disponibles, cette valorisation se traduira par l’organisation d’expositions temporaires, la création de supports d’expositions
(kakémonos, panneaux, fac-similés…) offerts aux communes. Plusieurs travaux sont en cours à Montceaux-lès-Meaux, le Châtelet-en-Brie, Chailly-en-Bière, Coupvray, Brou-sur-Chantereine et Noisiel.

Tourisme

En se rapprochant récemment de la société Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), le Département a décidé de miser sur l’attractivité touristique autour de deux axes : la signalétique touristique autoroutière et la promotion du territoire sur les aires de repos et de service. Il s’agit de valoriser de nombreux sites touristiques et culturels par la pose de panneaux de signalisation sur le réseau APRR. Ce déploiement s’étalera sur l’année 2023 et comprendra 35 panneaux (560 000 euros), ainsi que trois autres panneaux d’entrée de département pris en charge par APRR. Des animations seront organisées l’été prochain sur l’aire de Darvault, sur l’A6. Enfin, le Département va réviser son schéma de signalisation touristique pour tenir compte des sites émergeants (château Rosa Bonheur, parc Parrot World…) et mettre à jour la signalisation pour ses musées et ses espaces naturels sensibles.

À l’heure de la sobriété énergétique

« Ici, ce n’est pas Versailles, on va éteindre les lumières ! » Jean-François Parigi, le président (LR) du Département, manie un humour royal pour évoquer les économies d’énergie réclamées par le Gouvernement. Pour réduire sa facture, le conseil départemental de Seine-et-Marne a ainsi décidé de baisser la température à 19°C dans ses bâtiments publics, notamment les collèges. La chasse au gaspi est menée jusque dans les couloirs de l’Hôtel du Département, à Melun. L’objectif est évidemment de limiter la hausse du coût de l’énergie et de diminuer la consommation en gaz et en électricité. « Pour l’instant, nous avons un avantage, car nous avons acheté notre gaz pour 2023 il y a quelques mois avec un prix fixe pour toute l’année », précise Jean-François Parigi. Mais selon ce dernier, certains sites vont devoir rester éclairés pour des raisons de sécurité.

Par ailleurs, le patron du Département a annoncé le lancement d’un plan départemental énergétique, qui va notamment permettre de recenser les “passoires thermiques“ et déterminer les urgences à traiter. « Le conseil départemental représente un million de mètres carrés de surface de bâtiments, soit l’équivalent de 200 terrains de football », souligne Christian Robache, vice-président en charge des bâtiments publics et de la sécurité. Du temps sera donc nécessaire pour mettre aux normes tous les bâtiments départementaux.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?