Portrait robot de l'industrie du futur

le - - Actualité - Grand témoin

Portrait robot de l'industrie du futur
© DR

La Chambre de commerce et d'industrie de Paris Île-de-France, en partenariat avec la Région, organisait récemment une après-midi d'information et de démonstration sur le thème porteur de l'industrie du futur.

Quelle vision émerge aujourd'hui de l'industrie du futur ? Des unités de production totalement automatisées, sans le moindre souffle humain ; cette “black factory” jusqu'au boutiste qui commence à s'imposer dans l'esprit d'entrepreneurs avant-gardistes.

On ne parle évidemment plus de “main d'œuvre”, plus d'horaires, plus de vacances... Les process de fabrication sont intégralement robotisés. Ils se mettent en place avec rigueur, au gré des fluctuations des carnets de commandes. Le ballet des plateformes mobiles autonomes, équipées d'un outillage spécifique, de capteurs sophistiqués, se plie avec grâce à la chorégraphie orchestrée par l'intelligence centrale, artificielle, qui organise la production au terme d'une optimisation algorithmique des tâches quotidiennes.

L'usine du futur pense, communique, évolue, apprend... Elle se transforme, produit “non stop” 24 heures sur 24, 365 jours par an, mais reste, pour l'instant, pour longtemps, une vue de l'esprit. Un rêve ? Un cauchemar ?

L'industrie du futur est certes très ambitieuse, mais elle reste tout aussi pragmatique. En attendant les prouesses déconcertantes de l'intelligence artificielle, elle persiste à confier son présent aux humains, des humains néanmoins de plus en plus connectés, apprenant à collaborer en toute sécurité avec les robots.

Reste que l'avènement de cette industrie du futur est devenue un enjeu international et que dans la course à la suprématie, la France n'est pas la mieux lotie des nations. L'Allemagne et surtout la Chine partent avec de sérieuses longueurs d'avance.

« La CCI Paris Ile-de-France accompagne les industriels à travers plusieurs actions, dont le programme

“Usine numérique Ile-de-France” et le club des “Offreurs de solutions pour l'Industrie du Futur.»

Didier Kling

La réaction de l'Île-de-France

Pour inciter les PME franciliennes à se lancer dans le challenge, la Chambre de commerce et d'industrie de Paris Île-de-France a donc organisé cet événement d'information et de démonstration autour de l'industrie du futur. Quelque 500 industriels franciliens et acteurs de l'industrie du futur ont ainsi échangé et découvert les nouveaux visages de l'usine de demain.

Comme le souligne Didier Kling, président de la CCI Paris Ile-de-France, « en sensibilisant les entreprises, en les mettant en relation avec les autres acteurs de ce secteur, en fédérant et représentant l'écosystème, la CCI Paris Ile-de-France agit concrètement pour développer l'industrie et maintenir le niveau de compétences de nos industriels franciliens ».

Lors de cette après midi, les représentants des entreprises franciliennes ont pu découvrir les nouveaux visages de l'usine du futur à travers des démonstrations, ateliers et table-ronde. L'espace networking leur a permis de rencontrer les acteurs institutionnels et privés de l'Industrie du futur en Île-de-France (BPI, Conseil régional, pôles de compétitivité, clusters, comité Industrie du futur Ile-de-France, CCI Paris Ile- de-France et ses écoles...).

Usine numérique Île-de-France

La CCI Paris Ile-de-France a initié plusieurs actions dont l'Usine numérique Île-de-France. Ce programme a été lancé en septembre 2017. Cofinancé par le Fonds européen de développement régional, il permet aux PME industrielles franciliennes, notamment des filières aéronautique, automobile et mécanique, d'expérimenter des logiciels métiers liés à la conception et la fabrication de produits, en bénéficiant de la formation au logiciel retenu. Il référence par ailleurs « des technologies matures », afin de déterminer si celles-ci correspondent bien à leurs besoins, avant d'investir durablement.

134 “offreurs de solutions”

Autre action menée dans le cadre de la démarche “Offreurs de solutions”, initiée par l'Alliance industrie du futur et mise en œuvre par le réseau des CCI, la CCI Paris Ile-de-France a répertorié 134 “offreurs de solutions” franciliens. Ces derniers mettent sur le marché des produits, des prestations de services et des solutions à destination des entreprises industrielles. Par ailleurs, la CCI Paris Ile-de-France a lancé, en juillet 2018, le club des Offreurs de solutions. L'objectif du club est de favoriser la transversalité et de faciliter les relations entre ces offreurs de solutions par des rencontres régulières. Le club a aussi vocation à faire connaître aux offreurs l'écosystème régional. Récemment, ils ont pu rencontrer Elyzée Consortium, un groupement d'entreprises piloté par des dirigeants de PME multi-compétences et multisectoriels.

Quid de l'humain ?

Comme le souligne Didier Kling, « nos amis allemands possèdent beaucoup plus de robots que nous, y compris dans l'industrie automobile. Pourtant, les effectifs humains sont restés inchangés ces dix dernières années. En revanche, ce ne sont pas les mêmes emplois. Dans nos écoles, nous formons aujourd'hui celles et ceux dont le monde industriel aura besoin demain.

Evolution des compétences.

Didier Kling a rappelé, par ailleurs, que « la chambre est à la disposition des PME pour identifier les moyens qui leur permettraient de s'inscrire dans cette dynamique de l'industrie du futur. Le Conseil régional joue ce rôle d'accompagnement avec nous et peut participer au financement de ce qui est nécessaire au rebond ».

BENJAMIN CHKROUN

« la Région impulse une nouvelle stratégie industrielle »

Présent lors de cette près-midi organisée à la CCI de Paris Île-de-France, Benjamin Chkroun, vice-président de la commission développement économique et innovation au Conseil régional, a tracé les grandes lignes l'action de la Région Île-de-France en faveur de l'industrie du futur.

Comme il le souligne, « le grand public n'est pas assez conscient que l'Île-de-France est une grande région industrielle. Par exemple, de nombreux Franciliens pensent que la première région du secteur aéronautique est l'Aquitaine, alors que c'est l'Île-de-France. Dans le monde, toutes les quatre secondes, décolle un avion équipé d'un moteur fabriqué dans notre région. L'Île-de-France est également au deuxième rang en matière d'industrie automobile. C'est une vraie région industrielle avec une vraie histoire qu'elle doit à présent continuer à écrire, à l'aune de l'industrie du futur qui constitue l'élément essentiel de ces nouvelles pages ».

Par ailleurs, selon Benjamin Chkroun, « un emploi industriel génère trois ou quatre emplois au sein de l'écosystème. C'est donc un levier important. Il faut également savoir que l'Île-de-France a aujourd'hui un PIB équivalent à celui de la Belgique ou de la Suisse, ce qui donne une idée du potentiel régional. Avec ses grandes écoles et ses universités, elle représente également 30 % de la recherche européenne.... En termes de ressources humaines, nous avons le potentiel pour que l'industrie accélère son développement ».

Il y a un an, la Région a impulsé une nouvelle stratégie industrielle : « Pendant six mois, nous avons auditionné l'ensemble des acteurs de terrain avant de restituer des pistes de travail en co-construisant une stratégie industrielle ambitieuse forte de quelque 300 millions d'euros sur quatre ans, entre juillet 2017 et la fin de la mandature. »

Ce plan s'est structuré autour de grands axes et surtout d'une philosophie : « redonner le goût de l'industrie à l'ensemble des intervenants et inciter les jeunes à s'orienter vers des métiers industriels ». Comme le précise le vice-président de la commission développement économique et innovation au Conseil régional, « Dans les écoles de la deuxième chance, quand je leur parle d'industrie, les jeunes s'imaginent en bleu de travail, dans une usine qui fait beaucoup de bruit, du cambouis sur les mains. Aujourd'hui, ce n'est bien évidemment plus cela du tout, mais il faut leur expliquer. »

Les grands axes de l'action régionale

Selon Benjamin Chkroun, « le premier axe de l'action régionale vise à permettre aux entreprises de grandir en Île-de-France. Pour ce faire, nous avons créé un incubateur pour que nos PME puissent se transformer en ETI ». Par ailleurs, la Région a ouvert à l'industrie sa gamme “PM'up”, des aides régionales représentant quelque 40 millions d'euros annuels, attribués aux entreprises qui se développent. Comme le souligne Benjamin Chkroun, « le foncier industriel est également essentiel pour que la production reste en Île-de-France. J'ai établi un pré-rapport pour déterminer comment accompagner des entreprises qui veulent grandir, comment les accueillir en Île-de-France, qu'elles soient françaises ou étrangères, Comment accompagner les collectivités en créant la boîte à outils de l'installation et enfin comment financer tout cela... Tout cela nous permet d'entamer une dynamique sur le foncier industriel en 2019 ».




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide