Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Politique départementale : Patrick Septiers fait le point

le - - Territoires - Infos région

Politique départementale : Patrick Septiers  fait le point
@ Département 77

Le président du Département, Patrick Septiers, a notamment fait le point, à l'occasion de la rentrée, sur les différents dispositifs mis en place pour soutenir les acteurs économiques durement touchés par la crise. D'autres projets, qui s'inscrivent dans la période de crise sanitaire actuelle, seront développés cette année par la collectivité, à l'instar de la plateforme alimentaire qui devrait permettre de fournir les collèges et les lycées en produits locaux d'ici 2024.

Le président a notamment fait un bilan d'étape du lancement de la marque de territoire “Seine-et-Marne, Vivre en Grand !”. La collectivité a déjà recruté 1 500 ambassadeurs, une cinquantaine d'entreprises partenaires et distribué quelque 4 000 “passeports”.

Cette dynamique sera poursuivie dans les prochains mois. « L'idée, ce n'est pas simplement de faire un coup marketing, c'est une volonté politique à développer sur plusieurs années », a expliqué Patrick Septiers. Des campagnes publicitaires ont déjà été menées en Île-de-France et dans les autres départements limitrophes. Les retours sont pour l'instant très bons, selon Patrick Septiers.


Longperrier - Inauguration du Centre de Loisirs en présence de Valérie Pécresse

Le bilan de la saison touristique estivale

« Les mois de juillet et d'août ont été assez satisfaisants, mais bien évidemment cela ne compense pas les pertes subies auparavant. Globalement, le recul moyen va être entre 40 et 50 % par rapport à l'année dernière, mais cela dépend aussi des types d'activité », a commenté le président du Département. Certains secteurs ont, en effet, été beaucoup plus touchés que d'autres en particulier l'hôtellerie, qui a notamment souffert de la baisse de la fréquentation des touristes étrangers. À titre d'illustration, le taux d'occupation du secteur en juillet était de 60 %, contre 78 % l'année dernière. Il y a des sites, comme le zoo de Lumigny (avec 2 500 entrées par jour), qui ont toutefois réussi à tirer leur épingle du jeu. « Je ne suis pas sûr que le rattrapage espéré par le secteur puisse se faire cet automne, eu égard au contexte sanitaire et aux intempéries », a ajouté Patrick Septiers. « Nous le voyons aussi dans nos musées, à Barbizon c'est moins 23 % d'entrées, et au musée de la préhistoire, c'est moins 46 %. Les sorties scolaires étant interdites, nous perdons beaucoup d'entrées. »

Le Fonds Résilience Île-de-France

Le Fonds, auquel le Département a apporté 2,5 millions d'euros, est prolongé jusqu'au 15 décembre, comme l'a rappelé Patrick Septiers. Ce sont essentiellement des structures liées au tourisme (agences de voyages, hôtels, restaurants, centre équestre, ferronnier d'art) qui y ont fait appel. Au total, 120 dossiers ont reçu un avis favorable pour un peu plus d'1,8 million d'euros. « Nous sommes au milieu du guet, les demandes vont continuer à arriver », a tenu à préciser le président.

Concernant le fonds départemental dédié aux artisans, lancé en partenariat avec la Chambre des métiers et de l'artisanat et doté d'un million d'euros, plus de 100 dossiers ont été présentés et près de 80 ont reçu un avis favorable. Les aides sont destinées d'une part à la prise en charge des loyers et des mesures sanitaires, et d'autre part à la préparation des salons pour les artisans d'art. En l'état actuel, ce sont en majorité des salons de coiffures (29 %) qui ont fait appel au fonds, suivis des centres de soins esthétiques (11 %), du BTP (10 %), des métiers de bouche (10 %) et des commerces (7 %).

La rentrée culturelle

« La rentrée culturelle sera plus compliquée ». Quelque 5 000 personnes ont participé aux Journées du patrimoine, après un été qui a redonné des couleurs au secteur. Le Département avait d'ailleurs, dans le cadre du plan de relance, activé un fonds de soutien à destination de ces professionnels. « Nous avons prolongé jusqu'au 15 octobre la possibilité de faire une demande d'aide. Aujourd'hui, quatre dossiers sont déjà passés et quatre autres passeront en novembre. Et une quarantaine d'autres sont en attente », a détaillé le président du Département.

Ce fonds vise à compenser les pertes de billetterie et à permettre à ces sites culturels de se tourner vers la saison prochaine. La collectivité a, en complément, annoncé le lancement d'une campagne sur les réseaux sociaux pour inciter les Seine-et-Marnais à se rendre dans les sites culturels du Département. « C'est une manière de rappeler qu'il reste des sites culturels qui ne sont pas fermés, malgré les mesures sanitaires en vigueur », explique Patrick Septiers.

La saison culturelle se poursuit par ailleurs (sous réserve de l'évolution de la crise sanitaire), avec trois expositions, lancées cet automne. L'exposition “Frédéric Couraillon, l'archet aux doigts”, au musée Stéphane Mallarmé ; l'exposition “Voyage en couleurs, Mac Orlan et les peintres”, au musée de la Seine-et-Marne (une exposition labelisée d'intérêt national), et l'exposition “Les Sénons, archéologie et histoire d'un peuple gaulois”, au musée de Préhistoire d'Île-de-France. À noter, également, les 23, 24, 29, 30 et 31 octobre, le château de Blandy propose une expérience immersive à la tombée de la nuit, une enquête sur l'assassinat de la duchesse de Blandy. À retrouver, par ailleurs, le 14 novembre prochain, des concerts, des soirées musicales, et un jardin en lumière dans les musées départementaux à l'occasion de la Nuit européenne des musées.

Le “plan vélo”

Son utilisation ayant également été boostée durant la crise, Patrick Septiers a rappelé l'adoption du “plan vélo” en juin dernier. « L'idée, c'est de favoriser l'émergence de pistes cyclables sur l'ensemble du territoire, avec en ligne de mire le slow tourisme », a-t-il précisé. Il s'agit concrètement de construire des itinéraires de loisirs, en s'appuyant sur la Scandibérique, l'ossature de ce plan en quelque sorte, et sur les autres circuits proposés par les intercommunalités et les communes. « Nous allons travailler avec les territoires pour coordonner les différents parcours. Qui mieux que le Département peut coordonner l'ensemble des plans vélos ? Nous mettons des moyens, ainsi que la Région et l'Etat », a ensuite expliqué Patrick Septiers, qui estime pouvoir ainsi multiplier rapidement le nombre de piste. Le Département cherche aussi à faciliter la pratique quotidienne et travaille à réunir les différents acteurs du secteur pour qu'ils puissent échanger.

Le développement des circuits courts

Le Département travaille également à la construction d'une plateforme de restauration scolaire, en partenariat avec la Région. Elle permettra d'approvisionner les cantines des collèges et des lycées en produits locaux. Cette plateforme, c'est en chiffres la création d'une cinquantaine d'emplois et près de 15 millions de repas servis chaque année. L'idée est la suivante : favoriser le manger local pour contribuer au développement économique du territoire. « Acheter lles denrées auprès d'un producteur local, c'est soutenir son activité, valoriser son savoir-faire, favoriser une pratique respectueuse de l'environnement tout en permettant aux jeunes de manger des produits de saison tout au long de l'année. La Seine-et-Marne est riche de ses nombreux producteurs et cela leur donnerait de la lisibilité, leur permettrait d'investir et modifier éventuellement leurs pratiques, de faire d'autres types de produits parce qu'ils seront certains d'avoir un débouché », a illustré Patrick Septiers. Les prix d'achat seront garantis à 5 % au-dessus ceux pratiqués à Rungis. Ce sont des contrats à long terme, puisqu'il faut fournir les cantines et c'est donc une sécurité technique et financière pour l'agriculteur. Pour les consommateurs c'est aussi de la qualité en plus.

La Région a donné il y a peu son feu vert, tandis que le Conseil départemental a récemment voté l'acquisition du terrain, près de Provins. Rendez-vous en 2023-2024 pour en voir l'aboutissement. « Il est à noter que l'initiative intéresse un certain nombre d'autres départements, à l'instar du Val d'Oise, territoire avec lequel sera organisée une réunion technique », a ajouté le président.

Environnement

Concernant la politique environnementale, le président a souhaité évoquer spécifiquement les Espaces naturels sensibles (ENS), les habitants étant, eu égard au contexte sanitaire, à la recherche de d'espaces aérés. « Ces lieux de découverte préservés pour la faune et la flore, accessibles au public, sont devenus des véritables sites de détente et de loisir. Il existe 22 sites départementaux, d'une surface allant de 1 à 185 hectares », a expliqué Patrick Septiers, qui a indiqué que ces sites représentaient au total près de 1 000 hectares. « En 2017 nous avons souhaité redéfinir ces ENS. Nous les avons réaménagés pour que les habitants puissent se les réapproprier ». Le Département a ainsi désigné 10 sites ambassadeurs pour représenter l'ensemble des ENS au travers de quatre axes : nature remarquable, patrimoine et culture, activités récréatives et loisirs sportifs. Sur l'année 2019 et 2020, cinq d'entre eux ont été revitalisés.

L'Espace naturel de la plaine de Sorques a justement été le théâtre d'une opération de protection de la biodiversité, il y a peu. Près de 250 bénévoles sont venus au soutien la collectivité pour terminer le chantier du crapauduc de la RD 104. L'objectif ? Creuser le sol sur une longueur de 900 m pour déposer 450 poteaux et fixer des palissades en bois. Le dispositif, autrefois temporaire, visait à protéger les amphibiens lors de leur migration annuelle. Grâce à cette structure souterraine, les batraciens peuvent désormais circuler sans danger et en toute autonomie depuis la forêt domaniale de Fontainebleau vers les zones humides de la plaine de Sorques. L'opération, d'un coût de 500 000 euros, a été financée pour partie par la Région et la Fondation Nicolas Hulot.




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer