AccueilÉconomiePLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE « Ambitions confirmées, moyens à préciser... »

PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE « Ambitions confirmées, moyens à préciser... »

La Fédération française du bâtiment (FFB) « se réjouit de la nouvelle étape du Plan pour la rénovation énergétique des bâtiments» actée par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires. Selon elle, « les ambitions pour le secteur y sont confirmées ».
PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE « Ambitions confirmées, moyens à préciser... »
© ©Ph. Bauduin - Jacques Chanut, président national de la Fédération francai du bâtiment

Économie Publié le ,

Côté logement, un objectif de 500 000 rénovations énergétiques par an est retenu, avec une focalisation sur les ménages en situation de précarité énergétique et les “passoires thermiques” (étiquettes F ou G du DPE). Côté non résidentiel, la puissance publique retrouve sa mission d'exemplarité, avec la volonté que tous les territoires puissent participer de l'ambition.

Par ailleurs, la FFB se félicite que les pistes relevant de l'écologie punitives n'apparaissent plus parmi celles évoquées par les ministres, qu'il s'agisse des obligations de travaux ou des projets de bonus/malus mis à l'étude il y a quelques mois. De telles mesures conduiraient inévitablement à un blocage des marchés, notamment dans les territoires aujourd'hui en difficulté.

Dans l'attente des arbitrages budgétaires, la FFB s'inquiète toutefois du projet d'alignement de l'éco-prêt à taux zéro sur le champ de la future prime venant en remplacement du Cite. La simplification de l'éco-prêt à taux zéro va dans le bon sens. En revanche, l'évolution de l'enveloppe budgétaire de la future prime, qui pourrait être réduite de moitié et exclurait les fenêtres et les chaudières performantes au fioul, conjuguée à l'alignement de l'éco-prêt à taux zéro sur ce champ réduit conduiraient à revoir très fortement à la baisse les ambitions en matière de rénovation énergétique, particulièrement pour les copropriétés. Seule une politique volontariste d'accompagnement incitera les ménages à réaliser les travaux nécessaires pour répondre aux ambitions des Pouvoirs publics. Par ailleurs, en ce qui concerne la rénovation des bâtiments publics, la FFB reste dubitative sur la possibilité d'une large diffusion des CPE – contrat de performance énergétique – ou des solutions de masse, alors qu'une rénovation énergétique efficace relève le plus souvent de solutions
ad hoc et que la propriété de ces bâtiments s'avère morcelée en France.

Enfin, la FFB appuie la réforme annoncée du label RGE (reconnu garant de l'environnement). Elle souhaite en effet un dispositif beaucoup plus lisible par le particulier et qui permette la poursuite de la montée en qualité des acteurs en fonction des besoins de chacun.

Pour Jacques Chanut, président national de la Fédération : « il importe que les éléments précis de cette réforme soient dévoilés au plus vite, compte tenu du temps nécessaire à la diffusion auprès de l'ensemble des professionnels. Nous sommes prêts, dès lors que cette réforme vise effectivement à faire plus et mieux, et que l'indispensable jeu d'incitations publiques lourdes suit ».

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?