Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Photovoltaïque : « Nous sommes entrés dans l'ère de l'autoconsommation »

le - - Économie - Vie des entreprises

Photovoltaïque : « Nous sommes entrés dans l'ère de l'autoconsommation »
© MSM - Sébastian Acosta a créé sa structure après 12 ans dans la maintenance multitechnique.

Entré récemment au sein de la Fédération du BTP Île-de-France Est, Sébastian Acosta vient de créer à Fontainebleau Lasilasol, une société spécialisée dans l'installation de systèmes solaires thermiques et photovoltaïques. Le secteur est actuellement en plein boom et s'adresse tant aux particuliers qu'aux professionnels.

« Auparavant, c'est le modèle de la revente d'électricité à EDF qui prévalait, le prix était plus intéressant qu'actuellement, atteignant jusqu'à 60 centimes le Kwh contre 18 à 22 aujourd'hui. Les utilisateurs ne consommaient pas et revendaient tout mais c'était un marché malsain, qui fonctionnait au crédit d'impôt », se rappelle Sébastian Acosta. La donne est désormais tout autre, le photovoltaïque étant amené à vivre un phénomène appelé la parité réseau. De quoi assurer un stock d'activité suffisant pour Lasilasol.

Un coût en baisse

« Le prix du photovoltaïque est en baisse car la fabrication des panneaux coûte moins cher, alors que le prix de l'électricité fournie par EDF remonte (le kW coûte 17/18 centimes TTC) »,
poursuit-il, indiquant que le prix du matériel et sa pose sont amortis après 10 à 12 ans, l'équipement fonctionnant de 20 à 30 ans. « Ainsi, nous sommes moins chers voire au même prix qu'EDF après amortissement, d'où cette notion de parité réseau », explique Sébastian Acosta, qui précise que « nous sommes entrés dans l'ère de l'autoconsommation ».

L'entrepreneur installe donc, contrairement aux systèmes du passé qui visaient à être très étendus, des installations les plus petites possibles, pour permettre à l'utilisateur de consommer tout ce qui est produit. « Il est possible d'utiliser des batteries, mais leur coût est encore élevé », indique Sébastian Acosta.

Ainsi, à titre d'illustration, on pourra atteindre une production annuelle en Île-de-France de 1 000 kW/h par kWc (kilowatt crête, unité de puissance de production du panneau photovoltaïque en conditions de test standard STC, exposition Sud, inclinaison du panneau de 35°) avec un parc de quatre panneaux solaires (6 m²) d'une puissance de 250 Wc chacun.

20 % de la consommation totale

Si l'autoconsommation énergétique n'est pas pour l'instant réalisable à 100 %, le photovoltaïque représente, selon Sébastian Acosta, un vrai plus s'agissant de la facture énergétique, outre les gains environnementaux et en termes de « sobriété ».
« Nous venons chercher une part de la consommation totale des particuliers, atteindre 20 à 30 % cette consommation globale est déjà une bonne chose », explique-t-il.

Aussi, ce système peut se combiner au solaire thermique pour les besoins en ECS (eau chaude sanitaire), permettant d'atteindre jusqu'à 70 % de gain énergétique. « Le solaire thermique a un meilleur rendement que le photovoltaïque mais il est boudé », spécifie Sebastian Acosta, qui ajoute que le système est plus complexe à installer et constitue un marché de niche.

Un boom que Sébastian Acosta constate également dans son secteur d'intervention du Sud Seine-et-Marne. Enfin, l'activité de Lasilasol devraient tirer profit des nouvelles technologies. « Il sera possible demain, par exemple, d'utiliser le surplus d'énergie photovoltaïque pour charger des batteries de voiture et de s'en servir comme support de stockage »,
projette-t-il, indiquant que le déploiement du smart grid (réseau intelligent, c'est-à-dire connecté) permettra par ailleurs de « revendre de l'électricité à son voisin », grâce à la mise en place de micro-réseaux d'électricité.

Le rôle central de la fédération

Fraîchement intégré à la Fédération du BTP Île-de-France Est, le chef d'entreprise a pu se rendre compte des « plus » apportés par ses services. « Démarrer seul une activité est complexe, il y a différentes normes à intégrer, notamment s'agissant des différents taux de TVA, des crédits d'impôt, des Certificats d'économies d'énergie (ou Prime énergie, permettant d'amortir le coût des travaux de rénovation énergétique, ndlr) », relate Sébastian Acosta, qui s'étonne de n'avoir reçu aucune réponse claire à ses questions du côté des autorités. « Le service juridique comme la section photovoltaïque de la Fédération ont été d'une aide précieuse, je ne pourrais plus m'en passer », conclut-il.




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer