Oh la vache ! en appelle aux moussophages

le - - Économie - Vie des entreprises

Oh la vache ! en appelle aux moussophages
© D.R.

On vous avait présenté en janvier dernier cette PME novatrice, spécialisée dans la production de mousses au chocolat. Aujourd'hui ses dirigeants se tournent vers le financement participatif pour développer un produit résolument bio, une première en France...

Du côté de Courtomer, près de Coulommiers, les projets fusent dans la tête de Quantin et Stéphane, les deux dirigeants de Oh la vache ! L'objectif de ce printemps est de lancer une mousse au chocolat biologique, végétale et sans allergène.

Déjà champions des circuits courts et producteurs de mousses sans gélatine, sans gluten et sans additif ni colorant, Oh la vache! s'attaque aujourd'hui à un nouveau défi.
« Depuis notre création, nous avons toujours essayé d'être innovants afin de répondre aux attentes des consommateurs. Nous avons créé la mousse au chocolat noir sans sucre pour ceux qui veulent se désintoxiquer du sucre et également pour les diabétiques. Nous voulons aujourd'hui aller encore plus loin pour le bien de tous et de la planète en développant une mousse végétale, biologique et sans allergène en supprimant la lécithine de soja, le lactose ainsi que les œufs » précise Stéphane Sabathé.

Une recette à repenser

Une prise en compte de la complexité de la vie des personnes allergiques les a amenés à travailler sur une recette sans allergène. Tout d'abord, de la matière grasse végétale et biologique va remplacer le beurre dont les prix ont flambé. Ensuite le blanc d'œuf a été remplacé par de l'aquafaba qui désigne tout simplement l'eau de cuisson des légumineuses comme le pois chiche. Enfin, les allergènes ont été supprimés au profit d'ingrédients bio pour protéger la santé de tous.

Un prêt rémunéré sur Miimosa

C'est sur le site de crowdfunding consacré aux projets concernant l'agriculture et l'alimentation, Miimosa, que la demande de financement participatif de 30 000 euros a été lancée. Un prêt de 30 000 euros que la PME s'engage à rémunérer à hauteur de 3,5 %.

La somme servira notamment à finaliser la création de la recette, à faire les tests bactériologiques et de vieillissement, à concevoir et fabriquer le packaging et bien sûr à mettre en place la ligne de fabrication (convoyeur, étiqueteuse, dateuse…) pour environ 8 000 euros.
Les premiers essais ont déjà été réalisés et s'avèrent très concluants. Si le financement participatif porte ses fruits, les premières mousses bio pourraient être commercialisées à l'été 2018.

Olivier Palante




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide