Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Musée de la gendarmerie nationale : des coûts qui ont plus que doublé

le - - Territoires - Infos région

Musée de la gendarmerie nationale : des coûts qui ont plus que doublé
Melun Val de Seine

Le montant des travaux pour la construction du musée de la gendarmerie nationale, dont l'ouverture est prévue pour ce printemps, a été réévalué à 14 millions d'euros, au lieu des 6 millions initialement prévus.

Lors de la tenue du dernier conseil communautaire à Melun, la question du coût de la construction du musée de la gendarmerie nationale a fait des émules. Le projet est beau, mais il est bien cher. Et de plus en plus : à son lancement, en 2005, le montant des travaux estimé n’était encore estimé qu’à 6 millions d’euros. Dix années plus tard, le coût du musée est réévalué à…  14 millions d’euros, dont 9 millions supportés par la communauté d’agglomération Melun Val de Seine. La ville de Melun, également associée au projet, prend en charge, quant à elle, l’aménagement des espaces extérieurs du musée.

Etait-ce bien raisonnable ? Le ministère de l’Intérieur indique sur son site internet : « Face à une collection grandissante et un besoin d'espace de plus en plus important, le Musée de la gendarmerie nationale devait s'agrandir et de se moderniser ». Rien avoir en effet avec le petit musée d’origine, construit en 1946, dans la caserne Augereau. Le nouveau musée, lui, s’établit dans un des anciens bâtiments de l’Ecole des officiers de la gendarmerie nationale (Melun), réhabilité pour l’occasion. Il s’étalera sur près de 3 000 m2, dont 1 200 m2 dédiés à l’exposition permanente  et 200m2 destinés aux expositions temporaires et aux conférences. Il n’en fallait a priori pas moins pour accueillir les quelques 10 000 objets, et autant de photographies, qui s’offriront aux yeux des visiteurs. Le musée comprendra également un centre de documentation pour les chercheurs ou les étudiants.

L’envergure du projet a valu au musée de la gendarmerie nationale de recevoir, par le haut conseil des musées de France, l’appellation « musée de France », le 14 janvier 2011. « Gage de sérieux et d'accessibilité, cette appellation inscrit le futur équipement culturel dans un réseau national, reconnu par les acteurs de la culture », assure-t-on sur le site du ministère de l’Intérieur.

L'ancien musée militaire, qui accueillait 3 500 visiteurs par an, devrait donc laisser la place à un véritable musée d'histoire et de société, dès le printemps. La région espère peut-être ainsi donner à la ville de Melun un nouvel intérêt culturel et accueillir davantage de visiteurs. Il en faudra pour amorcer les coûts afférant à ce musée…

Les grandes étapes du projet :

1946 – création du Musée de la gendarmerie nationale

1969 – déménagement du musée dans un bâtiment plus grand

1978 – inauguration officielle du musée

2005 - signature du protocole entre le ministère de la Défense (Michèle Alliot-Marie), la Communauté d'agglomération Melun Val de Seine et la ville de Melun pour la création d'un nouveau musée

2007 – fermeture du musée pour la mise en œuvre du chantier des collections (dépose, inventaire et récolement)

2010 – attribution du projet au cabinet d'architectes Moatti & Rivière, sélectionné sur concours

Janvier 2012 – vente du bâtiment 037 de l'EOGN à la CAMVS

Juin 2012 – phase d'appel d'offre européen

Rentrée 2015 – ouverture prévue du Musée de la gendarmerie nationale






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer