AccueilTerritoiresInfos régionMoustique tigre : surveillance renforcée
Santé

Moustique tigre : surveillance renforcée

En Île-de-France, les autorités sanitaires cherchent à prévenir le risque de dissémination des virus dont cet insecte peut être vecteur.
Moustique tigre : surveillance renforcée

TerritoiresInfos région Publié le ,

L’année dernière, la crise sanitaire avait impacté la surveillance du moustique tigre et 17 nouvelles communes avaient été colonisées. Désormais, 20 % des Franciliens vivent dans un territoire infesté par l’Aedes albopictus, nom scientifique de ce moustique tropical. Cette année, la surveillance constitue donc un enjeu particulier. En effet, cette période post-Covid-19 est marquée par une forte reprise des voyages internationaux favorisant une hausse significative du nombre de cas de maladies à transmission vectorielle (Dengue, Chikungunya et Zika).

Pour l’instant, aucun cas de transmission n’a été détecté dans la région, mais un dispositif de surveillance renforcée est en vigueur depuis le 1er mai et jusqu’au 30 novembre, période d’activité du moustique tigre. Ce dispositif repose sur la surveillance des populations de moustiques (via les pièges pondoirs et les signalements des particuliers), des malades (via l’Agence régionale de santé qui peut orienter ses actions pour empêcher la survenue d’un cas autochtone) et des zones “sensibles” (sources d’eau stagnantes propices à sa reproduction par exemple) avec une sensibilisation des habitants.

La prévention du moustique adulte passe également par la gestion de l’urbanisme et des espaces naturels. Pour limiter les lieux de repos de l’insecte, il faut débroussailler, tailler les herbes hautes et les haies, élaguer les arbres, ramasser les fruits tombés et les débris végétaux, réduire les sources d’humidité (arrosage limité) et entretenir les jardins. Pour détruire les larves, il faut éliminer les endroits où l’eau peut stagner (petits détritus, pneus usagés, encombrants, outils de jardinage et déchets verts). Il faut également changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine ou supprimer les soucoupes des pots de fleurs et remplacer l’eau des vases par du sable humide. Le bon écoulement des eaux usées et de pluie doit être aussi vérifié, tandis que gouttières, regards, caniveaux et drainages sont à nettoyer régulièrement. Les réservoirs d’eau doivent être couverts par un voile moustiquaire, de même que les bidons d’eau, les citernes et les bassins avec un simple tissu. Enfin, même précaution pour les piscines hors d’usage et les bâches, dont il faut évacuer ou traiter l’eau avec de la Javel ou un galet de chlore.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 05 novembre 2022

Journal du05 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?