AccueilMoret-Loing-et-Orvanne : C'est parti pour Equimeth

Moret-Loing-et-Orvanne : C'est parti pour Equimeth

La construction de ce méthaniseur vient d'être lancée par Cap Vert Energie, un producteur indépendant d'énergies renouvelables, et Île-de-France Energies.
Moret-Loing-et-Orvanne : C'est parti pour Equimeth

Publié le ,

Véritable unité de méthanisation territoriale, Equimeth devrait être capable de générer une injection de 250 Nm3 de biométhane par heure dans le réseau GrDF, soit l'équivalent de la consommation en gaz de 4 000 habitants. Cette énergie alimentera plus précisément Moret-Loing-et-Orvanne, Saint-Mammès, Thomery, Champagne sur Seine, Avon et Fontainebleau, à hauteur de 15 % de la consommation en gaz des habitants de ces communes. Il s'agit d'une unité clé, qui permettra de valoriser les biodéchets de la région et donc de structurer sa filière méthanisation.

« Ce projet est la concrétisation d'une attente forte de la région Île-de-France et du Sud Seine-et-Marne. Le méthaniseur devrait valoriser des matières organiques issues de multiples activités, telles que la restauration, les centres équestres, et les industries agroalimentaires. Equimeth apporte aussi une nouvelle filière performante d'intrants organiques et fertilisants pour les agriculteurs partenaires. Enfin, la réalisation de cette infrastructure est un cap significatif vers l'autonomie énergétique du territoire et participe aux objectifs fixés par la Région Île-de-France », explique Charles Deschamps, responsable Biogaz du territoire Centre – Nord de CVE. Les citoyens des territoires concernés seront eux aussi impliqués, CVE ayant prévu de les associer au projet par le biais du financement participatif. Les détails de l'opération devraient être rendus publics dès la fin de l'année.

Repris par CVE en 2017, le projet a été initié en 2008 par la Réserve de Biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais et la Communauté de Communes de Moret-Seine-et-Loing. Il a reçu le soutien financier de la Région Île-de-France pour près de 900 000 euros, de l'Ademe Île-de-France à hauteur de 680 000 euros et du Fond européen FESI pour près de 640 000 euros. La mise en service de l'unité est prévue pour le second semestre 2021, et l'injection de biométhane dans le réseau GrDF débutera fin 2021.

Île-de-France énergie, l'opérateur de transition énergétique de la Région, a rejoint le projet dès la phase de développement et a intégré le capital du projet dès la fin 2019 à hauteur de 15 %, pour concrétiser sa volonté de s'impliquer dans la gouvernance du projet sur le long terme.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?