AccueilActualitéXavier Maitre : « Mon mandat n'a pas été de tout repos »

Xavier Maitre : « Mon mandat n'a pas été de tout repos »

Xavier Maître quittera ses fonctions de président de la Chambre des Notaires de Seine-et-Marne, en mai prochain. Des regrets ? « Pas beaucoup », confie ce notaire adepte du franc-parler. Mais il avoue aussi ne pas avoir été épargné par les circonstances. La loi Macron ne passe pas, les notaires malmenés craignent de ne plus être maîtres de leur profession. A l'aube d'une nouvelle époque, les notaires resteront toutefois des acteurs incontournables de la société.
Xavier Maitre : « Mon mandat n'a pas été de tout repos »
AP - Xavier Maitre, président de la Chambre des Notaires de Seine-et-Marne

Actualité Publié le ,

« Vous avez vu ? Taubira a démissionné. Enfin une bonne nouvelle. » Xavier Maitre n’a pas la langue dans sa poche. « Elle m'a profondément déçu », confie-t-il, « elle n’a pas été d’une grande aide pour la profession. » Au-delà de l’ex-garde des Sceaux, c’est l’ensemble de la classe politique que le président de la chambre ne porte pas très haut dans son cœur. « Pendant mon mandat j’ai rencontré un certain nombre de parlementaires, ils évoluent hors-sol, déconnectés des problématiques de la population et donc de celles des notaires. »

Il n’en démord pas, « la déréglementation de notre profession est absurde. » D’après lui, permettre à des milliers de diplômés de s’établir où bon leur semblent sans restrictions ne va pas créer plus de richesses. « C’est une bêtise, par exemple, si vous ajoutez 100 notaires de plus en Seine-et-Marne, vous ne créez aucune activité supplémentaire. Vous ne faites que diviser le marché en davantage de parts. » Le président de la Chambre des Notaires de Seine-et-Marne est notaire à Fontainebleau et connait les besoins de son département. Il est dubitatif :« Je ne comprends pas que personne dans son entourage n’ait eu la présence d’esprit d'objecter ces faits au ministre. »

« Le gouvernement promet la simplification, or, il invente de nouvelles difficultés.»

En revanche, il reconnaît volontiers que les notaires sont le reflet de la situation économique. « Nous sommes un très bon indicateur puisque notre niveau d'activité fluctue en fonction de l'intensité de l'activité économique. » Et le bilan de l’année 2015 est moyen. « Ce n’est pas formidable, à l'instar de notre économie. Encore une fois je le dis, nous sommes gouvernés par des incompétents. »

Xavier Maitre fustige les « soi-disant » lois de simplification. « Ils nous promettent la simplicité mais c’est le contraire. » La loi Alur en prend pour son grade. « Comment voulez-vous relancer l’immobilier avec des complexités aussi énormes. Pour chaque acquéreur d'un bien immobilier, nous sommes obligés d'interroger son casier judiciaire pour un seul chef de condamnation, celui de marchand de sommeil, alors qu'il n’y a qu’entre 30 à 50 condamnations en France chaque année. » D'après lui, ce ne sont pas les exemples qui manquent. « On attend davantage de résultats des gouvernants et pas de la communication. Le communication ça ne sert à rien, ou peut -être à masquer l’absence de résultats. »

Toujours vigilants

« J’ai 55 ans et encore les ressources, l’énergie et la volonté de me battre. Peut-être que dans 10 ans ce ne sera plus le cas », affirme-t-il. «Les notaires proches de la retraite me le disent. Le métier est « usant », il a énormément évolué. » Xavier Maitre reconnaît que le notaire des années 70, qui rédigeait quelques centaines d’actes dans l’année, n’existe quasiment plus. « A présent, nous sommes dans la vigilance permanente, vis-à-vis de nos clients mais aussi pour nous même, les risques juridiques sont innombrables et les clients exigeants. Les emplois du temps sont bien chargés. »

« Avoir le diplôme ne fait pas de vous un notaire. »

Pourtant, en Seine-et-Marne, le nombre de réclamations portés à la chambre des notaires par les clients est en nette baisse. De 600 en moyenne il y a 10 ans, la chambre de Seine-et-Marne n'a enregistré que 250 réclamations en 2015. « Cela signifie qu’on fait bien notre travail, mais on peut toujours s’améliorer. D’ailleurs si les notaires intervenaient sur tous les sujets, il n'y aurait plus beaucoup de travail pour les avocats », plaisante-il.

« Nous sommes inquiets. »

D’après lui, les notaires seine-et-marnais craignent que la déréglementation porte atteinte à leur image. « Avoir le diplôme ne fait pas de vous un notaire. Avant de m’installer à Fontainebleau j’ai été clerc pendant 10 ans à Paris. Je ne me suis pas installé à la sortie de l'école. Certes il y a de nombreux diplômés notaires, mais tous ne sont pas forcément aptes à diriger un office. D'ailleurs, ce n’est pas l’unique débouché de ces longues études.» La gestion de patrimoine notamment, est une des voies possibles à l’issue d'un parcours scolaire semé d'embûches.

« Sincèrement, nous sommes un peu inquiets. Jusqu’à ce jour, les candidats notaires devaient se présenter à la chambre qui appréciait les qualités personnelles du candidat et validaient son expérience professionnelle. Mais avec la loi Macron, le risque d’avoir des notaires sans expérience va considérablement augmenter au détriment des consommateurs. »

Le notaire apporte des réponses simples à des questions complexes

Jusqu’à présent, la profession est soutenue par l’immense majorité des clients. «Nous avons fait signer des pétitions et près de 400 personnes ont manifesté avec nous devant la préfecture de Melun l’année dernière contre la loi Macron. » Mais la loi va s'appliquer et la profession est condamnée à s'adapter.

« Nous faisons un métier très complexe qui s’apprend bien au-delà des bancs de l’école. » Xavier Maitre tient à mettre en avant les qualités de pédagogue du notaire. « Notre plus-value, c’est d’être capable d’apporter des réponses simples à des questions d’une grande complexité. »

Le président de la Chambre ne redoute qu’une chose : « 20%% de notre emploi du temps est dédié au conseil, que nous donnons gratuitement. Je devrai me faire violence si un jour, je suis amené à facturer cela. »

Bouche à oreille VS Internet

Autre enjeu : le numérique. Grâce à l’acte authentique numérisé, plus besoin d’imprimer les centaines de pages de certains actes notariés. « Un peu plus de la moitié des offices de Seine-et-Marne sont équipés pour recevoir les Actes Authentiques Electroniques. Tout est devenu plus complexe et volumineux aujourd’hui, on ne peut plus avoir l’ensemble de ses dossiers en version papier. »

Récemment, Xavier Maitre a découvert un site qui recense et permet aux clients de noter leur notaire (www.notez-votre-notaire.fr). Quelques sites similaires existent pour les avocats dont la plupart est révoltée contre ce principe. « Je ne suis ni pour ni contre, cela existe voilà tout. Je suis persuadé que le bouche à oreille reste une des principales sources de clientèle pour un notaire. Les gens demandent toujours conseil à leurs proches : est-ce que je peux y aller ? Oui tu peux, ou non n’y va pas. » Apparemment, les notaires abordent le virage du numérique avec davantage de douceur que d’autres professions juridiques.

Quant à Xavier Maitre, il va retourner à son office à Fontainebleau, avec le sentiment du devoir accompli. « Il reste pourtant beaucoup à faire » concède-t-il, « mais on n‘est jamais vraiment préparé à cette mission. On s’adapte au jour le jour, mon mandat n’a pas été de tout repos. Les notaires n’ont rarement été autant sous les projecteurs qu’au cours des deux dernières années. »

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?