Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

Mobilité : après lA voiture autonome, le taxi volant sans pilote ?

le - - Territoires - Infos région

Mobilité :  après lA voiture autonome,  le taxi volant sans pilote ?
© DR

La RATP et Airbus ont annoncé dernièrement étudier la faisabilité de la création d'un réseau de mobilité aérienne en Île-de-France.

Si cette initiative peut prêter à sourire, elle est pourtant tout à fait sérieuse. Elle émane en effet directement de la P.-D.G. du groupe RATP et de Guillaume Faury, P.-D.G. d'Airbus, qui ont signé dernièrement un partenariat en ce sens afin d'explorer la faisabilité de services de mobilité aérienne urbaine au niveau de la Région.

Ce réseau serait composé de quelque 10 à 30 points d'intérêts spécifiques en Île-de-France, séparés les uns des autres d'une trentaine de kilomètres. Le directeur de l'innovation de la RATP,
Mathieu Dunant, a pu préciser qu'il pourrait s'agir de grands aéroports parisiens, de centres de transports multimodaux à l'instar des gares de Marne-la-Vallée-Chessy ou de Massy, de centres d'affaires comme la Défense et de centres touristiques, comme Versailles.

Connecter plus rapidement les populations

« Les vols autonomes ne font plus partie de la science-fiction », estime Guillaume Faury, indiquant qu'Airbus développe des démonstrateurs technologiques pour permettre de connecter plus rapidement les populations. « Aujourd'hui, nous disposons des briques techniques, mais il faut les harmoniser afin de les intégrer dans la vie quotidienne des usagers sans remettre en cause note priorité, la sécurité », souligne le P.-D.G. d'Airbus.

Airbus et le groupe RATP annoncent également « s'attacher à analyser les conditions d'un développement de cette offre de service à coût maîtrisé, et travailler sur l'intermobilité et l'insertion urbaine afin de rendre le véhicule volant accessible au plus grand nombre ».
Si le constructeur d'avions travaille déjà sur le taxi volant CityAirbus (avec décollage et atterrissage vertical sans pilote), la RATP apportera son expertise en termes d'accessibilité et d'intermobilité.

Plus concrètement, la trentaine de points d'arrêt seraient reliés à quelque 150 km/h pour un tarif estimé à 2-3 euros
le kilomètre. Reste, pour les partenaires, à dissiper les doute de la Direction générale de l'aviation civile, qui a pu rappeler notamment l'interdiction de voler à moins de 2 000 m au-dessus de Paris et ceux de la population, qui pourrait craindre les désagréments liés à l'utilisation de ces engins.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer