Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Melun-Villaroche. La formation aéronautique prend aussi son envol

le - - Économie - Vie des entreprises

Melun-Villaroche.  La formation aéronautique  prend aussi son envol
@ DR

En 2019, le territoire de l'agglomération melunaise a été notamment marqué par la création d'un pôle de formation aux métiers de l'aéronautique.

Cela fait désormais un an que le centre de formation imaginé par Daniel Hernandez, le dirigeant de Zodiac Fluid Equipment, pour faire face aux besoins en recrutement du secteur, est en place au sein du Sympav. Le dispositif, déployé sur près de 10 000 m², est notamment tourné vers les demandeurs d'emploi et les jeunes actifs. Après une phase d'expérimentation de deux années, une centaine de personnes devrait sortir diplômée du centre chaque année. Il faut dire que les besoins en la matière sont importants : quelque
110 000 emplois restent à pourvoir dans les métiers de base, tels les opérateurs à commande numérique ou les techniciens en contrôle qualité. Paris-Villaroche regroupe par exemple 8 000 salariés, représentant une cinquantaine de sociétés, dont 7 500 pour le groupe Safran, qui produit des moteurs d'avion.

Un écosystème en construction

Dans le cadre du meeting aérien Paris Villaroche Air Legend, organisé l'an dernier, le Sympav avait aussi participé à l'organisation d'une nouvelle étape du French Fab Tour, un événement devant permettre de « faire rayonner l'industrie française ». Collégiens, lycéens et ldemandeurs d'emplois avaient été invités à découvrir le monde de l'industrie 4.0, avec l'objectif de les sensibiliser à un secteur d'activité en pleine mutation et plus particulièrement à celui de l'aéronautique. Damien Marc, dirigeant de JPB Systèmes, un fabricant de bouchons endoscopes auto-freinants installé sur le site de l'aérodrome, à l'initiative de cette manifestation, avait un objectif clair : faire germer chez les jeunes le désir de travailler dans l'industrie. « Certains pourront devenir ingénieurs, d'autres techniciens ou tourneurs-fraiseurs. Ceux capables de piloter des lignes automatisées sont payés chez JPB Systeme le même prix qu'un jeune ingénieur, c'est notamment ce qui devrait les faire réfléchir », avait-il souligné. Egalement parrain de la première promotion du Training Center, Damien Marc avait indiqué apprécier la mise en place « d'une nouvelle manière d'apprendre », les apprentis travaillant sur des machines récentes avec des formateurs directement issus de l'industrie. Le dirigeant avait par ailleurs précisé vouloir envoyer ses équipes « témoigner des problèmes concrets rencontrés en atelier ».   « L'idée c'est de faire quelque chose de pragmatique et ensuite de filmer la formation, de la partager sur les réseaux sociaux et d'intégrer ces jeunes sur Linked In pour qu'ils puissent très facilement trouver du travail dans deux ans », avait-il témoigné. L'industrie est plus généralement génératrices d'emploi en Seine-et-Marne avec, par exemple, près de 2000 offres emplois enregistrées lors du premier semestre de l'année passée.

« Lorsque nous avons signé le 20 mars 2017 avec la Communauté d'agglomération Melun Val de Seine, le Département de Seine-et-Marne et l'Etat, le Contrat d'intérêt national, nous nous sommes engagés sur la nécessité de mettre au cœur du contrat l'objectif de renforcement de l'offre de formation sur le territoire, pour tous les publics et tous les niveaux », expliquait dernièrement Louis Vogel, président du Sympav. « Pour répondre aux besoins de l'ensemble de ses habitants, la Communauté d'agglomération Melun Val de Seine a donc choisi de promouvoir les outils de formation continue et professionnelle qualifiante, en partenariat avec les filières économiques structurantes du territoire. L'existence d'un centre de formation aux métiers de la maintenance mécanique et d'un tissu d'entreprises de ce secteur à Vaux-le-Pénil est un exemple parmi d'autres de synergies possibles, qui a été étendu à l'aéronautique, avec la création d'un centre de ressources et de formation à Villaroche. Le premier objectif de cette structure, placée au service des entreprises, est de faciliter, au sein de Paris-Villaroche la mutualisation de moyens matériels et de formation adaptés pour accompagner le passage de la conception au développement de leurs innovations. L'enjeu de mise en relation et d'animation de ce réseau est particulièrement important pour les petites entreprises de l'aéronautique pour préserver les emplois et les compétences internes, mais également de permettre le développement économique du site à travers la possibilité de recruter leur personnel. En effet, la compétitivité de la filière, même si elle tend vers l'automatisation, reste fortement dépendante de la qualité de sa main d'œuvre, ressource stratégique. Le deuxième objectif de ce pôle de ressources est de produire, à terme, des partages de ressources humaines et de savoir-faire ; un courant d'innovations durable et pérenne passant par un développement certain des petites entreprises à des entreprises de taille intermédiaire. Il faut également anticiper une baisse nette des emplois peu qualifiés dans les secteurs industriels connexes à l'aéronautique (mécanique, électronique, métallurgie) à l'horizon 2030, et il devient prioritaire de participer activement à une montée en compétence de la main d'œuvre de la filière. ».

La médecine également en ligne de mire

Impossible de ne pas évoquer l'ouverture, lors de la récente rentrée scolaire, d'une première année commune aux études de santé (Paces). C'est en décembre 2018 que les élus de la communauté d'agglomération de Melun Val de Seine avaient voté une convention avec Paris XII pour accueillir des étudiants au sein du bâtiment Gallieni (situé en face de la gare). Médecin, dentiste, pharmacien ou sage-femme… nombreux sont les métiers de la santé auxquels donne droit cette formation, dans un département où la désertification médicale fait régulièrement parler d'elle. En effet, la Seine-et-Marne figure parmi les quatre départements métropolitains les moins pourvus en nombre de médecins généralistes. L'accès global aux soins y est plus difficile que dans d'autres départements français. Aussi, l'ouverture de cette antenne s'inscrit dans une politique plus globale de l'agglo, qui inclut le nouveau Santépôle de Melun. L'objectif reste que les étudiants soient incités à poursuivre leurs études en Seine-et-Marne, favorisant ainsi leur installation professionnelle dans le département.

Les locaux d'accueil, de plus de 1500 m², ont été rénovés entièrement par la communauté d'agglomération. Les étudiants peuvent compter sur un amphithéâtre de plus de 120 places, deux salles de travaux pratiques, quatre salles de TD, de salles de travail et d'une bibliothèque. Des passerelles sont aussi prévues avec des formations dispensées sur le territoire et notamment l'Institut de droit de l'Université Paris II Panthéon-Assas.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer