AccueilCollectivitéMelun, Meaux et Le Mée ont leurs Cités éducatives

Melun, Meaux et Le Mée ont leurs Cités éducatives

Ce dispositif vise à accompagner, dans les quartiers prioritaires, les parcours de la petite enfance à l'insertion professionnelle.
Melun, Meaux et Le Mée ont leurs Cités éducatives

TerritoiresCollectivité Publié le ,

Le label des Cités éducatives est un projet ambitieux qui a été créé en 2019. Il s'intègre dans le vaste programme de 3, 3 milliards d'euros orienté par le gouvernement vers les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). « Ces cités sont le fruit d'une démarche partenariale à l'échelle d'un territoire, selon l'Education nationale. Elles s'appuient sur une alliance de l'ensemble des acteurs pour offrir aux élèves des quartiers prioritaires un cadre d'apprentissage et d'épanouissement renforcé de la petite enfance jusqu'à l'insertion professionnelle ».

En France, il existe actuellement 126 Cités éducatives et l'objectif est d'en labelliser 200 d'ici 2022. En Seine-et-Marne, on en compte deux pour l'instant : Melun-Le Mée-sur-Seine et Meaux. À Melun et au Mée, trois collèges sont concernés par le dispositif (Les Capucins et Frédéric Chopin à Melun et Elsa Triolet au Mée), ainsi que dix écoles maternelles et huit élémentaires. À Meaux, on peut citer notamment les collèges Henri Dunant, Beaumarchais et Albert Camus.

Petits-déjeuners gratuits, opérations “Devoirs faits”, “Plan mercredi” et “Ouvrir les écoles aux parents pour la réussite des enfants”, sorties culturelles et dotations en matériel informatique font notamment partie des missions qui incombent aux Cités éducatives. Des missions assurées par l'école, mais aussi par les communes concernées (actions périscolaires) et les associations (activités extrascolaires) pour favoriser l'égalité des chances. Un « bus de la réussite éducative « se déplace également dans les différents quartiers de Melun et du Mée, afin d'informer les habitants sur ce dispositif. Au total, celui-ci a bénéficié d'un budget de 163 000 euros pour l'année scolaire 2020-2021 après un fonds d'amorçage de 85 000 euros pour son lancement en 2019-2020.

« Les Cités éducatives sont un écosystème, une façon de travailler ensemble », déclarait Nathalie Elimas, le secrétaire d'Etat chargée de l'Education prioritaire, en juillet dernier, lors de sa visite au collège Elsa Triolet du Mée-sur-Seine. Désormais, l'objectif de la préfecture de Seine-et-Marne est de dupliquer ce type de dispositif dans les territoires ruraux.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?