AccueilCollectivitéMeaux teste le recyclage des mégots

Meaux teste le recyclage des mégots

Se voulant protectrice de l'environnement, la Ville de Meaux teste notamment le recyclage des mégots. Des bornes ont récemment été mises en place près de lieux stratégiques.
Meaux teste le recyclage des mégots
@ DR

TerritoiresCollectivité Publié le ,

Dans un souci de valorisation du développement durable et afin d'améliorer la propreté de l'espace public, la municipalité vient de positionner 25 bornes EcoMegot. La stratégie retenue ? Placer le dispositif à proximité de « lieux à fort potentiel », tels que des lycées, des bâtiments administratifs, etc. « A ce stade, il s'agit d'installer des cendriers et surtout mettre en place des actions de sensibilisation efficaces afin que les habitants s'appliquent à les utiliser », précise la Ville de Meaux, qui indique vouloir poursuivre l'installation de nouveaux cendriers en ville si l'initiative s'avère une réussite. Concrètement, il s'agit de recycler les mégots par le biais de filières adaptées afin d'en réduire l'impact environnemental. « Le partenariat avec EcoMégot nous permet d'agir autrement et en lien avec les préoccupations actuelles », ajoute la municipalité. Ainsi, le service de la propreté urbaine sera chargé de collecter les cendriers et stocker les mégots dans des futs spécifiques. Une fois par an, ils seront acheminés à Dunkerque dans l'usine d'Eco Mégot pour recyclage et valorisation.

Résolument modernes, les bornes ont été conçues pour pouvoir être localisables sur l'application My Meaux.

Des dégâts sous-estimés

Selon a startup EcoMegot, basée à Bordeaux, 40 milliards de mégots sont jetés à terre chaque année en France. Un seul mégot est composé de quelque 2 500 composants chimiques mettant jusqu'à 12 ans à se dégrader selon le milieu. Si le mégot se retrouve dans les fleuves et les océans, près de 500 litres d'eau risquent d'être pollués. Toujours selon la start-up, 40 % des déchets retrouvés dans la Méditerranée sont des mégots, et ils sont à l'origine de 16 % des incendies.

C'est de ce constat qu'est née cette structure de l'écologie sociale et solidaire, qui s'est aussi donnée pour objectif de créer de l'emploi local. Lancée en 2016, elle accompagne les structures publiques et privées avec l'objectif de multiplier les espaces zéro mégot. Les bornes, vendues à plus de 300 euros, sont complétées par un abonnement mensuel de 40 euros par borne. Il est aussi possible de les louer à la journée pour diverses manifestations.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?