AccueilCollectivitéMeaux : C'est parti pour le parc photovoltaïque

Meaux : C'est parti pour le parc photovoltaïque

La pose du premier panneau solaire de ce projet initié il y a 10 ans a eu lieu dernièrement avenue Henri Dunant.
Meaux : C'est parti pour le parc photovoltaïque
© DR

TerritoiresCollectivité Publié le ,

Avec une production de 17,3 gigawattheures, l'installation devrait prendre la tête des implantations en Île-de-France, équivalant à la consommation électrique annuelle d'environ 7 250 personnes. Selon la municipalité, elle devrait donc éviter le rejet de quelque 11 600 tonnes de CO2. Parallèlement, l'installation de ces nouveaux panneaux augmentera la capacité installée de la Région de 20 % qui franchira, à l'instar de la Corse, la barre des 100 mégawatts.

La ville indique qu'en matière de recettes, le loyer perçu par la ville sera de 13 000 euros/an (bail de 20 ans) ; l'IFER (ex taxe professionnelle) rapportera 60 000 euros à la Communauté d'agglomération du Pays de Meaux et 60 000 euros au Département.

Ce projet fait suite à un appel d'offres de la Commission de régulation de l'énergie. L'entreprise Langa a remporté 10 projets représentant une puissance totale de 73 mégawatts, investissant 11 millions d'euros le parc meldois. Ce projet « aura un caractère exemplaire dans le cadre des objectifs en énergies renouvelables de la ville et fera l'objet d'une configuration et d'une élaboration technologiques hors normes », selon l'entreprise.

Plus qu'une « contribution à l'effort écologique national », visant à ce que la France produise 23 % de son électricité à partir d'énergies renouvelables en 2020, la municipalité estime que ce projet doit permettre de « valoriser ce terrain dit des “anciennes carrières” « aujourd'hui très dégradé et impropre à toute utilisation ».

La volonté d'y installer un parc photovoltaïque avait émergé en 2018, mais le projet a par la suite affronté une série d'embûches, dont la faillite de l'investisseur initial Q-Cells, le changement du cadre législatif national, ou encore « la non sélection aux appels d'offre de la commission de régulation de l'énergie (CRE), qui privilégiait les projets du Sud de la France ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?