AccueilVie des entreprises“Manoa”, la machine qui vérifie les QR codes

“Manoa”, la machine qui vérifie les QR codes

Sur les réseaux sociaux, ses détracteurs ne le ménagent pas. Mais Roland Danino, le patron de la start-up Doovision, (dont les bureaux sont à Torcy et l'atelier à Emerainville) n'en a cure.
“Manoa”, la machine qui vérifie les QR codes
© Doovision

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

Ses 12 employés et lui, qui avaient déjà inventé le boîtier “Manoa UV-C” (désinfection des mains et de petits objets par rayonnement ultraviolets), ont ajouté récemment une nouvelle option : scanner un QR code. C'est le 12 juillet, après le discours du président Macron, que le directeur de Doovision a eu l'idée d'intégrer à sa borne électronique un scanner pouvant lire le QR code du pass sanitaire. « Je ne profite pas de la situation, je réponds juste à une demande », se justifie-t-il. « On essaie de faire accélérer le passage des clients, afin d'éviter la présence d'un vigile ou d'éventuels conflits. » Le tout en respectant la législation sur la protection des données personnelles. « Nous utilisons le système de traitement européen des QR codes », assure le directeur de Doovision. « On ne conserve aucune information. »

Le système initial, qui avait déjà trouvé sa clientèle en France et à l'étranger (cinémas, Ehpad, hôpitaux, sécurité, écoles), est boosté par la nouvelle option “spéciale Covid”. Son utilisation est simple : il suffit de présenter son QR code à la caméra placée en haut de la borne, puis un message “Valide” (vert) ou “Non Valide” (rouge) s'affiche sur l'écran. En France, 50 restaurants sont déjà équipés et près de 400 commandes ont été passées. “Manoa” est vendu entre 2 500 et 4 000 euros (160 euros mensuels en location). Roland Danino n'a qu'un seul souci : il a du mal à recruter pour faire face à l'afflux de demandes.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?