Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

Lidl lance une plateforme logistique d'envergure

le - - Actualité - Grand témoin

Lidl lance une plateforme logistique d'envergure
© MSM

Alain Panhard, président du conseil de surveillance du Groupe éponyme, Thomas Journet, directeur régional Lidl France, François Gros, maire du Coudray-Montceaux, et Michel Bisson, président de Grand Paris Sud, ont posé la première pierre d'une plateforme logistique de 52 000 m² au total, qui sera le point d'approvisionnement des 37 supermarchés de la direction régionale de Lidl. Situé au Coudray-Montceaux en Essonne, une commune frontalière de Saint-Fargeau-Ponthierry, ce site accueillera quelque 250 salariés et en recrutera près de 60 par la suite.

Sur la ZAC des Haines Blanches du Coudray-Montceaux, l'une des plus grandes plateformes logistiques parmi les 25 que compte Lidl en France devrait être achevée à la fin 2019, marquant la volonté de l'enseigne de grande distribution de s'implanter durablement en Île-de-France. En effet, quelque 250 emplois devraient y être transférés, dont la direction régionale, actuellement implantée à Saint-Germain-lès-Arpajon. Si la traditionnelle pose de première pierre vient d'avoir lieu, certains piliers de l'édifice qui atteindra 46 774 m² sont déjà largement visibles depuis l'Autoroute du soleil (A6) qui longe la ZAC. L'ensemble comprendra, en détail, un entrepôt double-face de huit cellules de 46 774 m², dont 13 500 m² à température dirigée positive et 4 500 m² à température froid négatif (- 28 o), mais aussi 2 461 m²
de bureaux et locaux sociaux et 2 842 m² de locaux de charges et locaux techniques. « Pour le groupe Panhard, cette implantation marque une étape importante dans son développement, puisque ce succès précède une série de sept nouveaux contrats qui vont porter à
300 000 m² la performance réalisée par notre groupe en 2019, ce qui nous positionne comme l'un des leaders du marché de la construction logistique en France », s'est réjoui Alain Panhard, président du conseil de surveillance du Groupe.

L'humain au centre du projet

Si cette construction est un vrai challenge pour Panhard, il s'agit également d'un défi pour Lidl. Selon Thomas Journet, directeur régional Lidl France, ce déplacement est d'abord un « enjeu humain », 250 salariés devant rejoindre le site. Il s'agira, pour LIdl, de « permettre l'approvisionnement et la gestion » des 37 supermarchés de type “city “situés dans une zone assimilée au Grand Paris. « Avec le développement de l'activité, nous prévoyons , à terme, une embauche de 60 salariés supplémentaires ».

Et selon Thomas Journet, Lidl ne badine pas avec le facteur humain. « Chez Lidl, l'embauche se fait en CDI est à temps plein. Humainement, nous proposons des projets de carrières, avec notamment des formations internes qualifiantes, des passerelles vers nos autres métiers disponibles ou vers nos partenaires transporteurs ». Le distributeur estime que « les métiers de la logistique sont des métiers importants », voire des « métiers d'avenir » et qu'il est possible de « s'y sentir bien et de s'y épanouir ». Le site permettra à ce titre le suivi et la formation des 1 750 salariés qui dépendent du ressort de la direction régionale qui y sera installée.

Du côté des « enjeux logistiques », Thomas Journet indique que la construction de ce site est l'occasion de regrouper des activités « qui étaient auparavant sur quatre sites différents ». De quoi permettre « d'optimiser » les flux de transport de la firme et de réduire le nombre de kilomètres parcourus par les camions. Outre les activités “sec et frais“, Lidl reprendra à terme sur ce site la préparation de surgelés, de fruits et légumes, mais aussi tout ce qui concerne l'activité non-alimentaire. « Nous sommes l'une des seules antennes à réunir toutes les activités sous le même toit, en maitrisant six niveaux de température différents à la fois pour la préparation et pour l'expédition des marchandises », explique Thomas Journet. Aussi, Lidl prévoit « d'accompagner cette optimisation d'investissements massifs dans les outils », tels que des filmeuses automatiques ou des dépileurs et des « engins de préparation à hauteur variable, permettant une posture optimale pour le bien-être des préparateurs ». Pour une illustration chiffrée, Thomas Journet a pu préciser qu'à terme le site permettra de préparer l'équivalent de 850 000 colis et 12 500 palettes par semaine « en vitesse de croisière ».

Une préoccupation environnementale prégnante

Concernant le transport, Lidl compte mutualiser ses véhicules, ce qui permettra de « réduire son empreinte carbone » ainsi que ses kilomètres parcourus. Les véhicules alimentés au biogaz continueront à être déployés. Par ailleurs, cette nouvelle plateforme permettra de revaloriser plus de 80 % des déchets produits, correspondant chaque année à quelque 500 tonnes de cartons, 250 tonnes de plastique et 800 tonnes de déchets. Au total, le site permettra de desservir 480 000 clients par semaine sur les 37 supermarchés (bientôt 38 et 40 à terme), qui représentent quelque 25 millions de passages en caisse ». C'est donc un service « plus qualitatif, plus sécure et écoresponsable » que le site permettra d'assurer.

Outre la soixantaine de personnes recrutées à terme, la commune devrait accueillir près de 600 emplois au total avec le développement à proximité immédiate de la messagerie de DPD, qui est dotée d'une surface de 25 000 m². « Ces deux dernières implantations marquent l'aboutissement de l'un des développements logistiques les plus importants d'Île-de-France de ces dix dernières années, soit plus de 300 000 m² et plus de 1 600 emplois, correspondant à ce qui avait été prévu en termes d'objectifs au moment où la ZAC des Haies Blanches a été créée il y a 10 ans pour compenser le départ programmé d'Altice », a expliqué Alain Panhard.

Michel Bisson, maire de Lieusaint et président de Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart, n'a pas manqué de rappeler les atouts de sa communauté d'agglomération, forte de 350 000 habitants, de 18 000 entreprises et de 143 000 emplois. « Il faut que l'agglomération accompagne les entreprises au quotidien, qu'il s'agisse de l'emploi, mais aussi du logement, de la qualité de la vie avec l'offre sportive et culturelle à laquelle nous sommes profondément attachés », a souligné le président de Grand Paris Sud, avant d'indiquer que l'agglomération essayait de porter des filières bien ancrées (génomique, aéronautique) et d'autres en devenir, comme la logistique et l'e-commerce. « Nous sommes référencés à l'échelle de l'Île-de-France comme étant leader en matière d'innovation logistique et d'e-commerce », a-t-il indiqué.

Et François Gros, le maire de Coudray-Montceaux, de conclure : « nous attendons désormais la mise en exploitation au printemps 2020, le rond-point de sortie de l'autoroute avec la RN 191 devrait être réalisé ce qui évitera les potentiels bouchons, mais je ne peux pas vous donner de garantie sur la réalisation du tronçon de desserte du Val d'Essonne, qui permettrait de desservir la zone. Nous agissons pour que ce soit dans les toutes prochaines années ».

Le groupe Panhard se hisse au sommet

Jean-Louis Lazuech, directeur général adjoint développement logistique et activité chez Panhard, explique : « depuis 4 ans le groupe s'est attaché à créer du foncier, le mal nécessaire à nos projets logistique. Nous avons eu comme objectif d'avoir en permanence près d'un million de metres carrés de bâtiments à proposer au marché. Pour cela il a fallu construire, c'est ce que nous avons fait durant 2-3 années, avant que la demande ne rencontre cette offre en 2018. Année durant laquelle nous avons signé plus de 300 000 m² de contrat. Près de 60 000 m² sont déjà réalisé et 260 000 m² sont en cours de construction. Donc, si 2018 a été l'année charnière où nous avons signé des contrats, 2019 et 2020 seront les années de réalisation. Nous avons encore du stock, ce qui nous permet de signer de nouveaux contrats en 2019 pour continuer sur cette dynamique. De fait, sur 2018 nous avons été leader incontesté et en 2019 nous allons essayer de nous maintenir parmi les leaders, ce qui n'est pas négligeable pour un groupe comme Panhard. C'est un groupe familial, français, qui compte une trentaine de personne. Nous ne faisons pas uniquement de la logistique : nous avons développé un département résidentiel et investissement pour soutenir notre développement ». Très présent en Île-de-France, le groupe a notamment des projets en cours à Brie-Comte-Robert (50 000 m²), Puiseux-Pontoise (près de 100 000 m²), Gonesse (11 000 m²), ou encore Survilliers (27 000 m²).




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer