AccueilÉconomieLes pouvoirs publics s'allient pour réduire l'accidentologie

Les pouvoirs publics s'allient pour réduire l'accidentologie

L'État et les collectivités locales ont élaborés un Document général d'orientation, visant à réduire l'insécurité, en augmentation après une période de stagnation.
Les pouvoirs publics s'allient pour réduire l'accidentologie
© Préfecture 77 - Béatrice Angelelli, procureure de Melun, Xavier Vanderbise, conseiller départemental, Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne, Guy Geoffroy, président de l'Union des maires de Seine-et-Marne, Dominique Laurens, procureure de Meaux, Guillaume Lescaux, procureur de Fontainebleau.

Économie Publié le ,

Face à la reprise de l'accidentalité routière depuis 2013, au niveau national comme dans le département (678 accidents corporels contre 838 en 2016 en Seine-et-Marne), la préfecture a engagé un travail partenarial pour élaborer un nouveau Document général d'orientation (DGO) en faveur de la Sécurité routière.

Ce document pluriannuel, après avoir dressé un état des lieux de l'accidentologie au sein du département et des mesures prises précédemment, fixe un cadre commun pour les cinq années à venir. Il sera décliné chaque année pour réaliser différentes actions de fond.

Le DGO fixe ainsi six enjeux prioritaires de la politique de Sécurité routière en Seine-et-Marne (2018-2022) : le risque routier professionnel (les trajets domicile-travail représentent la moitié des accidents), l'alcool et les stupéfiants, les jeunes, les seniors, le partage de la voirie et les deux-roues motorisés.

Ce document a été élaboré de manière collaborative avec les procureurs, les représentants de collectivités territoriales, les sous-préfets d'arrondissement, les forces de Sécurité et de secours, la direction départementale des territoires, l'Éducation nationale, la Cramif (Caisse régionale d'Assurance maladie d'Île-de-France), la MSA (Mutualité sociale agricole) ainsi que l'APRR (Autoroutes Paris Rhin-Rhône).

Les axes forts en Seine-et-Marne
Les professionnels ainsi que les publics vulnérables feront l'objet d'une attention particulière dans le cadre de ce DGO, qui sera décliné chaque année lors de l'élaboration des PDASR (Plans départementaux d'action de Sécurité routière). Le DGO fixe également comme priorité la lutte contre les accidents impliquant des usagers vulnérables (cyclistes, piétons…), qui représentent un tiers des accidents mortels, et les deux-roues motorisés, qui comptent pour 24 % des personnes tuées.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?