AccueilInfos régionLe moustique tigre toujours actif en Seine-et-Marne

Le moustique tigre toujours actif en Seine-et-Marne

Implanté dans le département depuis 2018, l'Aedes albopictus fait l'objet d'une attention particulière de la part des autorités sanitaires.
Le moustique tigre toujours actif en Seine-et-Marne
© Adobe Stock

TerritoiresInfos région Publié le ,

Le responsablec du chikungunya, de la dengue ou de zika, c'est lui. Le moustique tigre est vecteur de ces maladies virales appelées arboviroses. Chaque année, du 1er mai au 30 novembre, la prévention est ainsi de mise en Île-de-France et notamment en Seine-et-Marne. Avec ses autres opérateurs, l'Agence régionale de santé (ARS) déploie un dispositif de surveillance épidémiologique autour de la présence de ces moustiques. L'objectif est double : prévenir l'apparition de cas autochtones, tout en limitant autant que possible l'emploi de mesures de traitement chimique. L'ensemble des collectivités territoriales et le grand public peuvent s'associer à cette démarche.

Durant sept mois, une surveillance concomitante de la présence du moustique tigre et des personnes présentant une des pathologies citées précédemment est donc mise en œuvre sous l'égide de l'ARS Île-de-France, afin de prévenir la mise en place d'un cycle de transmission de ces virus sur le territoire.

L'année dernière, en pleine crise sanitaire, le moustique tigre avait de nouveau été observé en Seine-et-Marne. Malgré la limitation des déplacements intercontinentaux, dix-huit cas importés de dengue avaient également été recensés. Pour lutter contre cette présence nuisible, il faut supprimer ou vider tous les endroits et objets pouvant retenir l'eau de pluie pour empêcher le moustique tigre de pondre et de proliférer. Car celui-ci est un insecte urbain : il se déplace peu et vit dans un rayon de 150 mètres autour de son lieu d'éclosion. Le moustique qui vous pique est donc né à proximité de votre habitation. La femelle pond dans de très petites quantités d'eau stagnante, principalement dans nos jardins : l'équivalent d'un bouchon renversé lui suffit. Il convient donc de supprimer ou couvrir les points d'eau stagnante : coupelles, réservoir d'eau de pluie, gouttières, etc.

L'ensemble de la population est invité à participer à la surveillance de cette espèce, afin de mieux connaître sa répartition. Une plateforme de signalement dédiée* permet à chaque personne de signaler la présence du moustique tigre sur le territoire.

*www.signalement-moustique.fr

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?