Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Le département au SIA : innovation et terroirs

le - - Actualité - Grand témoin

Le département au SIA : innovation et terroirs
@ DR

Après une toute première participation l'an dernier, le Département a souhaité renouveler sa présence au Salon de l'agriculture. Le stand dédié a une nouvelle fois fait la part belle à un territoire différent chaque jour. Dégustations, découvertes, recettes et rencontres avec les producteurs étaient au rendez-vous. Les visiteurs ont notamment pu découvrir le Brie de Meaux ou de Melun, le jus de pomme de la vallée du Petit Morin, les macarons de Réau, le miel du Gâtinais, le coquelicot de Nemours ou encore la bière de Fontainebleau. Le Salon a aussi été l'occasion de mettre en valeur l'agroforesterie, une discipline encore peu développée en Île-de-France.

Pour le Département, le Salon de l'agriculture est un incontournable pour « porter haut » les saveurs des terroirs de Seine-et-Marne. « Premier territoire agricole d'Ile-de-France, grenier et jardin de la région, la Seine-et-Marne se devait d'être représentée au Salon de l'agriculture. Le Département a choisi de valoriser les femmes et les hommes qui œuvrent chaque jour dans ce secteur clé de l'économie locale. Près de 6 000 Seine-et-Marnais travaillent dans l'agriculture et l'agroalimentaire. »

À cette occasion, la Seine-et-Marne a été mise à l'honneur au niveau régional puis national pour son action en faveur de l'agroforesterie. Rémi Seingier, agroforestier de Lumigny-Nesles-Ormeaux, a reçu le 1er prix du Concours général agricole dans cette discipline toute nouvelle au salon. Son système agroforestier « intégré, réfléchi, pointu, complet » a convaincu le jury qui a « apprécié l'opérationnalité et l'interactivité de l'approche avec le territoire ». Rémi produit des céréales et des oléagineux qu'il transforme en huiles première pression à froid avec sa presse et en farines avec le moulin sur meule de pierre de voisins agriculteurs (Ferme de Vaux à Gastins). Il décortique des graines avec une décortiqueuse qu'il a en commun avec d'autres confrères (Ferme de Retal à Liverdy-en-Brie).

Parallèlement, le projet de recherche Poscif, qui propose d'élever des ovins au sein d'exploitations céréalières, a été distingué par le Département. « La transition agro-écologique connaît une véritable révolution. Elle s'inscrit dans une volonté de remettre la nature au centre de la problématique au bénéfice des systèmes de production agricole. Le Département a souhaité mettre en lumière ce projet Poscif qui propose de lier utilement les systèmes agricoles et alimentaires au service d'une production et d'une consommation plus durable. Repenser la place de l'élevage ovin au sein de systèmes de cultures spécialisées en céréales, c'est tout l'objectif de ce projet qui propose de valoriser la biomasse en accueillant des troupeaux itinérants sur des pâturages de céréales, en automne et en hiver », a expliqué Patrick Septiers, président du Département, qui a listé les bénéfices de ce projet : accès à une nouvelle source de diversification alimentaire pour les bêtes, nouveaux leviers agronomiques limitant l'apport d'intrants permettant une réduction des charges et du temps de travail, et réduire l'usage d'intrants comme les herbicides et les biocides grâce à la pression exercée par le pâturage sur les bio-agresseurs et autres ravageurs de culture.

En valorisant ces démarches expérimentales, la collectivité souhaite « encourager le développement de ces pratiques qui font de la Seine-et-Marne un laboratoire de l'agriculture de demain ».
L'agroforesterie consiste à associer l'arbre à l'agriculture (plantations en grandes cultures, haies, bocage, vergers). Les arbres protègent les parcelles des vents et du ruissellement. Ils préservent la biodiversité. En Ile-de-France, plaines cultivées et massifs boisés sont encore bien dissociés. Le bocage se fait très rare. Bien que cette pratique reste émergente, de plus en plus d'agriculteurs franciliens plantent des haies et des arbres, conscients des gains que l'agroforesterie peut apporter à leur activité.

Le projet Poscif, qui a été lancé en 2018, est porté par l'association Agrof'Ile (agroforesterie et sols vivants en Ile-de-France). Il accompagne les agriculteurs dans leur démarche d'agroforesterie. Il regroupe plusieurs agriculteurs qui expérimentent la présence de troupeaux d'ovins sur leur exploitation, pour en évaluer les conditions de mise en place et la rentabilité économique. Les principaux gains sont déjà connus. L'élevage d'ovins sur des cultures d'hiver et d'intersaison permet de diversifier les aliments des animaux. La présence de troupeaux dans les champs limite l'apport d'intrants, les ressources en eau sont ainsi mieux préservées.


Avec son autre local de la Bergerie nationale de Rambouillet (gamme bio), Ottman Beirouk produit 60 000 yaourts par semaine.

Six autres Seine-et-Marnais récompensés au Concours général agricole

Le concours général agricole, qui se divise en trois catégories (les concours des animaux, les concours destinés aux jeunes professionnels et le concours des produits, qui met en compétition plus de 16 000 vins et 5 000 autres produits), a comme chaque année récompensé des produits seine-et-marnais.

S'agissant du concours des animaux et de la catégorie Ovin, deux récompenses de « Premier rang » ont été attribuées à Eric Loeltz, de la ferme de Heurtebise à La-Chapelle-Gauthier, pour un mâle bleu du Maine et son aptitude à la laine, ainsi que pour un autre mâle bleu du Maine et son aptitude à la viande. De son côté, l'EARL Famille Tourte, de Nanteau-sur-Lunin, a obtenu une récompense de deuxième rang pour un bélier adulte de race Southdown (pour la laine). Un autre de ses béliers Southdow s'est hissé au cinquième rang (pour la viande).

S'agissant des produits, Ottman Beirouk, artisan transformateur à la Ferme de Sigy et qui participait à son sixième salon a été doublement récompensé. Installé depuis 2013 dans cette ancienne fromagerie à Sigy, Ottman Beirouk produit, avec son autre local de la Bergerie nationale de Rambouillet (gamme bio), 60 000 yaourts par semaine. Le producteur de yaourts, fromage blanc frais, et crème dessert sans colorant ni conservateur a cette année remporté la deuxième place pour son yaourt au lait de vache de ferme aromatisé au citron ainsi que pour son yaourt au lait de vache sur lit de fruits rouge. La Brasserie de Meaux a, de son côté, reçu la médaille de bronze pour sa bière blonde de haute fermentation.

Ludivine et Sébastien, responsables de la brasserie, expliquaient dernièrement : « Nous sommes tous les deux de formation Ingénieur. En 2014, nous avons souhaité changer d'orientation professionnelle. Nous avons choisi après mûre réflexion de nous consacrer à la fabrication de bières artisanales. Venant d'un milieu agricole, nous sommes heureux de valoriser la culture de l'orge en transformant cette céréale pour élaborer nos bières. Nous avons décidé de nous installer dans notre région, la Seine-et-Marne, grand bassin céréalier. Et tout particulièrement à Meaux, ville chargée d'Histoire, avec des spécialités gastronomiques comme le Brie et la Moutarde. Après avoir trouvé un bâtiment où nous installer (février 2015) nous avons effectué des travaux dans le bâtiment, et installé le matériel de brassage et de proximité. »




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer