AccueilVie des entreprisesLe cri d'alarme des organisations de restaurateurs

Le cri d'alarme des organisations de restaurateurs

Le chiffre fait froid dans le dos. Hôtels, cafés, restaurants et discothèques : deux établissements sur trois pourraient disparaître en raison de la crise sanitaire, selon une enquête réalisée récemment par les quatre organisations professionnelles représentatives du secteur (GNC, GNI, UMIH et SNRTC).
Le cri d'alarme des organisations de restaurateurs
@ Adobe Stock

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

A la question « Craignez-vous que cette deuxième fermeture administrative puisse condamner votre établissement ? », la réponse a été positive à 65, 8 %.

D'autre part, les professionnels estiment que les priorités du gouvernement doivent concerner l'exonération des charges sociales patronales pour toute l'année (76, 5 %), l'indemnisation du chef d'entreprise qui ne bénéficie pas du chômage partiel (55 %), des loyers (55 % également) et des assurances (53 %) pendant les périodes de confinement. La prise en charge des congés payés acquis par les salariés en chômage partiel (42 %) et l'accès au fonds de solidarité pour toutes les entreprises (28%) constituent les autres requêtes. « Cette perspective de fermetures est inacceptable, alertent les organisations professionnelles. L'Etat doit soutenir nos professionnels empêchés de travailler avec des mesures aussi fortes qu'indispensables et urgentes.»

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?