Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Le certiphyto, césame pour l'usage des produits

le - - Territoires - Infos région

Le certiphyto, césame pour l'usage des produits
@ DR

Les enjeux d'avenir de l'agriculture s'efforcent de répondre autant aux objectifs de production qu'aux exigences sociétales de réduction et de bon usage des pesticides. Un certificat obligatoire encadre leur utilisation.

Dix ans déjà. Le certificat individuel des produits phytopharmaceutiques (ou Certiphyto) a été créé en 2010 dans le cadre du plan Ecophyto, instauré dans la foulée du Grenelle de l'environnement de 2007. Ce dispositif a pour objectif de favoriser l'utilisation de ces produits dans le cadre d'une démarche responsable et respectueuse de la santé des utilisateurs et de l'environnement.

Principaux concernés, les agriculteurs y trouvent un intérêt, même si ce dispositif peut aussi apparaître comme une nouvelle contrainte. « Ils sont demandeurs et réceptifs, car ils veulent obtenir des informations, explique Julie Elbé, responsable des formations Certiphyto au sein de la Chambre d'agriculture de la Région Île-de-France. Les exigences réglementaires sont nombreuses et régulièrement modifiées. En cas de non-respect, les sanctions financières, c'est-à-dire la réduction des aides PAC (Politique agricole commune), peuvent être importantes. Pour eux, c'est une piqûre de rappel et pour nous, c'est une opération de sensibilisation. »

Concrètement, chaque professionnel, qui manipule, utilise, vend ou conseille des produits phytosanitaires, doit être titulaire du Certiphyto correspondant à son activité. Ce certificat est valable 5 ans. Pour l'obtenir ou le renouveler, des sessions de formation sont organisées. Les agriculteurs primo-accédants doivent passer un examen (un test de connaissances).

Certaines formations ont eu ainsi lieu le mois dernier dans les locaux de l'antenne de la Chambre d'agriculture de la Région Ile-de-France, au Mée-sur-Seine. Elles comportent trois modules : réglementation et sécurité, prévention des risques et méthodes alternatives. « Nous avons affaire à des personnes responsables et concernées par ces problématiques environnementales », juge la formatrice. « Leur intérêt est de respecter la réglementation et de limiter l'usage de ce type de produits, car ils sont de plus en plus chers. Les agriculteurs vivent mal ce débat sociétal sur les produits phytosanitaires. »

Ces formations, qui réunissent entre 10 et 15 participants, favorisent aussi le partage d'expériences. Cette année, 700 certificats vont devoir être renouvelés. L'enjeu est d'importance : le Gouvernement s'est fixé l'objectif de réduire de 50 % l'usage des produits phytopharmaceutiques d'ici 2025.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer