AccueilÉconomieVie des entreprisesLe Baromètre image PME Île-de-France

Le Baromètre image PME Île-de-France

Didier Kling, président de la CCI Paris Île-de-France, Laurent Benoudiz, président de l'Ordre des experts-comptables de Paris Île-de-France, et Julien Tokarz, ancien président de l'Ordre régional, viennent de présenter le nouveau Baromètre “ Image PME Île-de-France ”. Ce dernier permet d'analyser l'évolution trimestrielle de l'activité économique des petites et moyennes entreprises franciliennes. L'Observatoire économique régional (Crocis) de la CCI Paris Île-deFrance et l'Ordre des experts-comptables Paris Île-de-France ont uni leurs compétences pour publier ces nouvelles données relatives à l'activité des TPE/PME.
Le Baromètre image PME Île-de-France
© MSM

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

Comme le souligne Didier Kling, « ce baromètre concrétise un projet très ancien. Nous souhaitions depuis longtemps disposer d'indicateurs avancés de l'activité économique sur notre territoire. L'Ordre des experts-comptables d'Île-deFrance a justement accès à des informations essentielles et totalement d'actualité. Elles traduisent l'activité des entreprises telle qu'elle résulte des déclarations des taxes sur les chiffres d'affaires.

L'activité par départements au 1er trimestre 2018

L'ensemble des départements franciliens a vu son activité croître pour le troisième trimestre consécutif. La Seine-et-Marne (+ 2,3 %) se classe en première position et a soutenu la croissance régionale avec, dans une moindre mesure, Paris (+ 1,4 %). Tous les autres départements ont affiché des hausses plus réduites et inférieures à celles du trimestre précédent : + 1,1 % pour la Seine-Saint-Denis, + 1 % pour les Yvelines, + 0,9 % pour le Val-de-Marne, + 0,8 % pour l'Essonne, + 0,5 % pour le Val-d'Oise et + 0,4 % pour les Hauts-de-Seine.

Les experts-comptables sont vraiment à la source de l'information ». Le Crocis, l'observatoire économique régional, mène déjà chaque année une sé- rie d'études, notamment avec Médiamétrie, mais ces données sont de nature très différente. Selon Didier Kling, « avec ce nouveau baromètre, le but est réellement de coller à l'actualité et de voir, de trimestre en trimestre, comment évolue l'activité en Île-de-France. » La Chambre de commerce et d'industrie dispose, bien entendu, de beaucoup d'éléments, mais ceux-ci restaient partiels : « On répète dans cette maison à quel point le Grand Paris est un accélérateur de croissance.

Ce baromètre que nous inaugurons est pour nous une occasion de mesurer plus fréquemment l'impact de ce Grand Paris et de notre action, notamment à travers notre plateforme, CCI Business, qui aide les PME et les TPE à participer à ce mouvement. » Laurent Benoudiz précise que « les résultats de l'étude proviennent de la base de données Statexpert, le service qui permet de télétransmettre, en toute sécurité, les déclarations et fiscales et sociales des entreprises entre les experts-comptables et l'administration. Transitent par ce “tuyau” les déclarations de TVA et les liasses fiscales.

Ce sont ces données anonymisées et traitées, portant actuellement essentiellement sur du chiffre d'affaires encaissé, via la déclaration de TVA, qui nous permettent d'établir chaque trimestre un baromètre de l'activité d'un échantillon de 300 000 entreprises nationales, dont 42 000 en Île-de-France. Leur chiffre d'affaires annuel est compris entre 20 000 et 50 millions d'euros ». Selon Julien Tokarz, « nous avons eu ce parti pris de focaliser ce baromètre sur la TPE/PME, car pour ce type de petites structures, les indicateurs économiques sont rares. Ces données vont être très intéressantes à suivre de trimestre en trimestre. Elles vont donner une bonne idée de l'activité économique des TPE/PME en Île-de-France. ».

Les enseignements du premier baromètre

Le premier indicateur concerne le contexte économique. Les chiffres montrent une activité poussive de l'activité francilienne au premier trimestre 2018. L'économie en Île-de-France poursuit donc son redressement. La Région a notamment créé 77 833 emplois en 2017, ce qui a conduit le taux de chômage francilien à 7,7 % au dernier trimestre de l'année dernière, soit son plus bas niveau depuis l'été 2009. Toutefois, les informations disponibles au niveau national laissent penser que le marché du travail a été moins favorablement orienté début 2018.

Il est également à souligner, au plan sectoriel, que l'hôtellerie francilienne a retrouvé et dépassé son niveau de fréquentation d'avant les attentats de novembre 2015, mais son activité est ralentie par les mouvements sociaux en cours depuis le début du printemps. Au 1er trimestre 2018, l'activité des TPE PME franciliennes a augmenté – à nombre de jours comparables – de 1,2 % par rapport au 1er trimestre 2017 (indice à 101,2 - cf. tableau ci-dessus). Cette hausse est néanmoins nettement inférieure à la moyenne nationale qui atteint +2,3 %. Par rapport à l'ensemble des régions françaises, l'Île-de-France n'est pas particulièrement bien placée, même si les niveaux d'activité ne sont pas les mêmes. Des disparités apparaissent entre les départements franciliens. Les entreprises seine-et-marnaises connaissent la plus forte hausse.

L'évolution de l'indice trimestriel d'activité des TPE/PME
Les entreprises franciliennes ont affiché une croissance moyenne de 1,4 % de leur chiffre d'affaires sur les quatre derniers trimestres ; ce niveau est inférieur à la performance nationale (+ 2,5 %).
L'évolution de l'indice d'activité par secteur
Le Crocis et l'Ordre des experts-comptables Paris Ilede-France ont également étudié l'activité des TPE/PME franciliennes pour cinq secteurs d'activité.

L'évolution de l'indice trimestriel d'activité des TPE/PME

+ 1,4% C'est la hausse moyenne du chiffre d'affaires sur les quatre derniers trimestres pour l'Île-de-France
+ 2,3% C'est la plus forte hausse départementale d'activité au 1er trimestre 2018 ; elle a été observée en Seine-et-Marne
+ 4,0% C'est la hausse du chiffre d'affaires pour le TPE/PME franciliennes du secteur des transports et de l'entreposage au 1er trimestre 2018

Leur croissance doit atteindre le niveau national. Les entreprises des Hauts-de-Seine et du Val d'Oise ont, quant à elles, enregistré les hausses les moins élevées avec respectivement 0,4 % et 0,5 %. Cette donnée est intéressante, mais, selon Didier Kling, elle doit être relativisée : « nous sommes assez surpris par ce résultat. Nous avons en effet à l'esprit l'idée selon laquelle la région Île-de-France est le cœur, ou le poumon, de notre beau pays. Nous avons donc l'impression que notre territoire avance plus vite que le reste de la France. Ce n'est pas le cas au vu de ces résultats. Néanmoins, il faut garder à l'esprit que nous sommes là uniquement sur l'activité des TPE/ PME. L'indicateur d'Île-de-France est sans doute tiré par les grandes entreprises qui ne sont pas prises en compte dans cette étude trimestrielle. Quand nous aurons les chiffres annuels, avec l'étude du Crocis et de Médiamétrie, il sera possible d'associer les deux chiffres ». De son côté, Juiein Tokarz précise que « le poids des mouvements sociaux peut avoir impacté ces chiffres du premier trimestre 2018 ».

Au 1er trimestre 2018, les entreprises du secteur des transports et de l'entreposage ont le plus contribué à la croissance régionale avec + 4 %. Viennent ensuite l'hébergement et restauration (+2,1 %) et le commerce (+1,3 %). Les entreprises franciliennes de l'industrie manufacturière ont affiché une hausse plus réduite (+ 0,9 %). Celles du secteur de la construction ont, en revanche, accusé un repli de 1,2 % alors que leur chiffre d'affaires avait augmenté au cours des quatre trimestres de 2017. Par ailleurs, les TPE/PME franciliennes des cinq secteurs ont enregistré des résultats en deçà des moyennes sectorielles nationales.

Concernant le secteur de la construction, l'activité plus réduite s'explique sans doute en partie par la période hivernale généralement assez peu favorable au bâtiment et aux travaux publics. Sur ce premier baromètre Image PME Ile-de-France, il est difficile de tirer des conclusions. Il faut attendre les prochains chiffres – le 2e trimestre 2018 sera disponible en septembre – pour voir s'affirmer les tendances. Selon Didier Kling, « c'est au fil des années que ce nouvel outil prendra toute sa dimension. »

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?