AccueilÉconomieVie des entreprises“Lafrenchi” met la main à la pâte

entreprise “Lafrenchi” met la main à la pâte

Créée en 2018 et située à Saint-Fargeau-Ponthierry, cette entreprise artisanale fabrique et commercialise des pâtes à tartiner.
“Lafrenchi” met la main à la pâte
© Lafrenchi

ÉconomieVie des entreprises Publié le , Clémence Viola

La gourmandise made in France ! C’est le défi que s’est lancé Julie Trespeuch, 31 ans, qui a tout plaqué, il y a quatre ans, pour fonder “Lafrenchi” (double jeu de mots avec la frenchy et l’affranchie !). Un projet qui a concrétisé un parcours aussi atypique qu’exemplaire.

Cette graphiste de métier est, en effet, attirée par la pâtisserie depuis son enfance. C’est le décès de son père qui a marqué un tournant dans sa mue professionnelle. « J’ai compris qu’il fallait profiter de chaque instant, confie-t-elle. C’était maintenant ou jamais ! » Avide de challenges, la jeune femme décide alors de tenter l’exigeant concours d’entrée à l’école Ferrandi, à Paris (20 places pour 350 candidats). Elle le réussit et débute sa formation en 2016. À sa sortie, elle va travailler dans des palaces prestigieux tout en réfléchissant à son projet.

Le déclic définitif se produit lors d’un Noël durant lequel Julie réalise des pâtes à tartiner maison en guise de cadeaux à ses proches. « Ils ont trouvé les pâtes très bonnes et m’en ont tous redemandé ! », sourit-elle. L’apprentie pâtissière va aller plus loin en créant une fausse marque, afin d’obtenir des avis plus objectifs : « Avec mon conjoint, on a créé des étiquettes et acheté des pots chez Ikea. L’illusion était parfaite ». Le succès étant de nouveau au rendez-vous, Julie Trespeuch se lance définitivement dans l’aventure et pour le salon du “Made in France”, elle va confectionner 6 000 pots avec l’aide de ses proches.

Après avoir commencé la production dans son appartement parisien, c’est désormais dans un local à Saint-Fargeau-Ponthierry, au sein de la ZAC de la Mare aux loups, et secondée par un salarié, qu’elle fabrique des pâtes 100 % naturelles, goûteuses et de qualité. Les circuits courts et les produits français sont aussi privilégiés avec l’utilisation d’une électricité 100 % renouvelable et la collaboration avec des entreprises du cru. Julie passe des heures à travailler ses textures, afin de marier les saveurs à la perfection et de proposer des produits de qualité, même s’il faut y mettre le prix (entre 7, 90 et 11, 90 euros pour un pot). « Je remplace l’huile de palme par des fruits à coque, ce qui permet d’avoir moins de sucre », révèle-t-elle. Chocolat noir ou au lait, cacahuète, crêpe dentelle et bien d’autres saveurs sont ainsi au rendez-vous pour petits et grands gourmands.

Ses créations sont en vente sur internet et aussi à l’Office de tourisme de Melun Val de Seine, à Melun, ou à l’épicerie de la Grande Maison, à Fontainebleau. Mais les délicieux petits pots de la jeune entrepreneuse ont déjà franchi les frontières de la Seine-et-Marne.


© Lafrenchi

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 janvier 2022

Journal du22 janvier 2022

Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 08 janvier 2022

Journal du08 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?