AccueilInfos régionLa tuilerie de Bezanleu prête à revivre

La tuilerie de Bezanleu prête à revivre

Les propriétaires, qui ont eu un coup de foudre en 2016 pour cet ancien site industriel situé à Treuzy-Levelay, s'efforcent de le réhabiliter.
La tuilerie de Bezanleu prête à revivre

TerritoiresInfos région Publié le ,

Des tuiles plates « bourguignonnes » et des briques. Voilà ce qu'on fabriquait dans la tuilerie de Bezanleu jusqu'au milieu des années quatre-vingt-dix selon un mode de production artisanal remontant à 1638. Mais depuis la fermeture du site au début des années 2000, ce patrimoine industriel et architectural, qui faisait la fierté du village de Treuzy-Levelay (moins de 500 habitants, situé aux portes du Loiret et de l'Yonne), est en souffrance. Qu'il semble lointain le temps où cette fabrique de tuile recevait, en 1985, le Prix du patrimoine seine-et-marnais, avant de voir, quatre ans plus tard, sa dizaine de bâtiments inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments historique. Un âge d'or que les nouveaux propriétaires, Solange et Désiré Sankara, entendent bien ressusciter.

Pour cela, ils comptent sur le soutien de l'Etat et du Département. Le 15 mars dernier, Thierry Coudert et Patrick Septiers, respectivement préfet de Seine-et-Marne et président du conseil départemental, sont venus visiter ce lieu historique. L'idée d'accompagner la réhabilitation et la valorisation de ce patrimoine d'exception suit son chemin dans l'esprit des institutions seine-et-marnaises.

Un soutien officiel réconfortant pour les nouveaux maîtres des lieux qui se démènent pour faire avancer leur projet. Ils ont ainsi déposé un dossier de candidature auprès de la Mission Stéphane Bern et un premier financement participatif, lancé sur la plateforme Dartagnans.fr et ayant réuni près de 80 contributeurs, a permis de récolter 7 205 euros, alors que l'objectif initial était 5 000 euros.

Restaurer plusieurs halles, relancer la production de tuiles plates, ouvrir partiellement les lieux au public et organiser des événements culturels : voilà ce qui germe dans la tête du couple. Celui-ci est même passé aux actes en septembre 2020 en accueillant, malgré la crise sanitaire, plus de 150 visiteurs en un seul week-end, lors des Journées européennes du patrimoine.

Si divers travaux ont pu être déjà réalisés depuis quatre ans, grâce notamment au soutien de la région Île-de-France, il reste encore pas mal de boulot. Les fermes, notamment la grande halle de séchage, causent ainsi des soucis. Pour la rénovation de la charpente, il y a même urgence. En effet, plusieurs poutres menacent de s'effondrer et un étayage se révèle impératif. 45 000 euros sont nécessaires pour remettre d'aplomb cette partie de la tuilerie de Bezanleu. Sauver ce patrimoine a un prix.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?