AccueilActualitéSociétéLa téléconsultation gagne du terrain
Santé

La téléconsultation gagne du terrain

La télémédecine remède à la désertification médicale ? Depuis le début de la crise sanitaire, le recours à la téléconsultation a pris de l’ampleur.
76 000 téléconsultations ont été réalisées en Seine-et-Marne.
© Adobe Stock - 76 000 téléconsultations ont été réalisées en Seine-et-Marne.

ActualitéSociété Publié le ,

C’est ce qui ressort du bilan de l’année 2022 en Île-de-France dressé par Qare, plateforme pionnière en matière de téléconsultation et numéro deux de ce secteur en France (50 spécialités médicales). La région parisienne comptabilise, en effet, le plus de téléconsultations (500 000) en France devant le Centre-Val-de-Loire et l’Occitanie. La moitié des patients franciliens, qui ont télé-consulté en 2022, n’avaient pas de médecin traitant. La pandémie de Covid-19 n’a rien arrangé, avec une hausse de la télémédecine de 137 % observée en deux ans, entre 2020 et 2022. On retrouve cette situation problématique en Seine-et-Marne, département francilien le plus impacté par ce phénomène avec la Seine-Saint-Denis.

Désert médical

Contrairement aux idées reçues, la désertification médicale ne concerne pas uniquement les zones rurales. Comme on l’a dit, l’Île-de-France est le plus grand désert médical de l’Hexagone avec 62,4 % de sa population vivant dans des zones d’intervention prioritaire (ZIP) déterminées par les Agences régionales de santé (ARS). Un constat alarmant que partage depuis plusieurs années la Seine-et-Marne où près d’un millier de médecins manqueraient. Classée au 98e rang sur 101 départements en termes de présence médicale, la Seine-et-Marne est aujourd’hui l’un des territoires les plus impactés par ce manque de professionnels de santé. Ainsi, tous les ans, on enregistre le départ à la retraite de 75 médecins pour seulement 25 arrivées de nouveaux praticiens. Résultat : les habitants, notamment les nouveaux arrivants, peinent à trouver un médecin traitant. Cette grande difficulté d’accès aux soins va donc de pair avec le développement de la téléconsultation médicale.

Des chiffres éloquents

Cette année, selon les chiffres de Qare, 76 000 téléconsultations ont été réalisées en Seine-et-Marne, soit une hausse de 76 % en un an. C’est le département de France qui a le plus télé-consulté en volume et le deuxième, derrière le Loiret, en nombre de téléconsultation pour 10 000 habitants. Les Seine-et-Marnais ont principalement télé-consulté un médecin généraliste (82,6 %), un professionnel de la santé mentale (5,3 %), un pédiatre (4,2 %) et un gynécologue (4,2 %). En 2022, ce sont plus de 25 000 patients qui ont été pris en charge via la plateforme Qare. 59 % ont été des femmes, 41 % des hommes, 75 % des adultes et 25 % des enfants. L’âge médian pour les enfants a été de 5 ans et de 32 ans pour les adultes.

Mode d’emploi

Permettant de consulter un médecin à distance, la téléconsultation médicale (remboursée par la Sécurité sociale depuis septembre 2018) facilite l’accès aux soins dans certaines zones et évite les déplacements inutiles. Accessible à tous, elle se déroule à domicile ou dans un lieu équipé en visio-transmission (pharmacie, Ehpad, maison de santé…). Les télécabines proposent plusieurs instruments connectés facilitant ce type de consultation. Mais la télémédecine est régie par des règles rigoureuses et les médecins n’ont pas le droit de délivrer n’importe quel médicament. Les antidépresseurs et autres psychotropes nécessitent ainsi de réaliser une consultation physique. En outre, les consultations vidéo ne peuvent donner lieu à des certificats médicaux nécessitant un examen clinique. En revanche, le praticien peut très bien délivrer des ordonnances pour des examens biologiques (de l’allergologie à la virologie), des imageries médicales (IRM, radios) ou encore des séances de kinésithérapie. À l’issue de la téléconsultation, la machine imprime l’ordonnance et le compte rendu du médecin.

Mobilisation générale

Le Conseil départemental de Seine-et-Marne n’est pas resté inactif et tente, depuis plusieurs années maintenant, d’enrayer ce phénomène de désertification médicale. L’une de ses actions consiste, via son partenaire H4D (Health For Development), société prestataire et experte en télémédecine clinique, à aider financièrement certaines communes rurales à s’équiper de cabines de téléconsultation publiques.

Parmi ces villes et villages, on peut citer Moret-sur-Loing, Nangis, Brie-Comte-Robert, Rozay-en-Brie, Beaumont-du-Gâtinais et tout récemment Mary-sur-Marne. Une municipalité plus urbanisée comme Chelles (la deuxième ville la plus peuplée de Seine-et-Marne avec un peu plus de 51 000 habitants) a également franchi le pas, tandis qu’à Bussy-Saint-Georges, c’est une pharmacie qui s’est dotée, en mars dernier, de deux cabines conçues par la start-up Tessan (plus de 1 000 visites enregistrées depuis).

Chaque télécabine coûte 100 000 euros. En installer dans toutes les intercommunalités reviendrait donc à investir 2,3 millions d’euros. Pour la prise de rendez-vous, il suffit de se connecter sur un site dédié (wwwimedians.com) et de créer un compte personnel en saisissant le code d’activation CD77. Les patients peuvent également réserver un créneau par téléphone, en composant le 01 70 81 49 46 (coût d’un appel local, appel non surtaxé). À noter que le site d’Imedians accorde au patient l’accès à un portail en ligne pour suivre l’évolution de sa santé.

Olivier Thierry, directeur général de Qare
« C’est le modèle que nous défendons »

© DR

« Nous sommes convaincus que l’avenir de la e-santé va s’orienter vers un modèle d’accès aux soins, qui permettra aux patients de voir le bon professionnel de santé au bon moment et dans un délai compatible avec leur état de santé. Ce sera particulièrement le cas dans les départements et les régions où les patients n’ont pas de médecin traitant ou se trouvent en zone de désert médical. C’est le modèle que nous défendons chez Qare. Il est intéressant de constater qu’en Île-de-France, région qui téléconsulte le plus, la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis, départements les plus touchés par la désertification médicale, sont également ceux où les patients ont le plus recours à la téléconsultation. La Seine-et-Marne est d’ailleurs le premier département francilien en nombre de téléconsultation sur Qare. 83 % de ce territoire sont classés en zone d’intervention prioritaire (ZIP) ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?