AccueilTerritoiresCollectivitéLa protection des églises, nouvelle bataille d'Yves Jégo

La protection des églises, nouvelle bataille d'Yves Jégo

Marqué par l'évacuation forcée de l'église Sainte-Rita (XVe ardt de Paris) le 3 août dernier, le député-maire envisage une proposition de loi visant à empêcher la destruction des lieux de culte.
La protection des églises, nouvelle bataille d'Yves Jégo

TerritoiresCollectivité Publié le ,

« Il est temps de mettre fin à la destruction de nos églises » a déclaré Yves Jégo, maire de Montereau-Fault-Yonne (UDI) dans un communiqué. Celui qui est aussi député de la 3e circonscription de Seine-et-Marne souhaite, dans une proposition de loi, classer automatiquement monument historique tout édifice cultuel d'au moins 75 ans. L'édile voudrait également « renforcer » les protections attachées à ces monuments particuliers, afin d'empêcher leur démolition. Yves Jégo fustige notamment la décision d'autorisation de destruction donnée par la mairie de Paris, qui a contredit celle du maire d'arrondissement.

Cette réaction fait directement suite à l'expulsion des fidèles de l'église Sainte Rita (située dans le XVe arrondissement de Paris), qui protestaient contre sa prochaine démolition. « Voir une église démolie est un traumatisme d'autant plus grand dans ce moment douloureux » déplore-t-il, faisant notamment référence au meurtre du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet dernier. Yves Jégo estime que « les racines chrétiennes de notre pays sont incontestables », et craint pour 300 églises qui seraient « menacées de disparition ».

L'église Sainte Rita de Paris © Wikimédia commons

Les propositions du député-maire ne s'arrêtent pas là. En effet, Yves Jégo propose la création d'une « fondation du patrimoine religieux » qui aurait pour but de « financer l'entretien et la mise en valeur des lieux de culte menacés », afin de pallier le manque de budget des communes. Et ce, sans pour autant porter atteinte à la loi de 1905 relative à la séparation des Eglise et de l'Etat, n'omet-il pas de préciser. L'objectif final reste pour l'édile de « mettre fin à la destruction des églises » et de se donner « une ambition de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine irremplaçable »

Que recouvre en réalité la notion de monument historique ?

Selon le ministère de la Culture et de la Communication, environ 500 immeubles et 3000 objets mobiliers sont protégés au titre des monuments historiques. Il ne s'agit pas d'un label mais d'un dispositif législatif d'utilité publique. La demande est effectuée par des personnes publiques ou des propriétaires privés, puis examinée par une commission consultative. Ainsi, l'immeuble ne peut être détruit, déplacé ou faire l'objet de travaux sans une autorisation délivrée par le préfet de région.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?