AccueilInfos régionProduits locaux : La plateforme d'approvisionnement sur de bons rails

Produits locaux : La plateforme d'approvisionnement sur de bons rails

Une convention préalable à la mise en place de cette structure dédiée à la restauration collective a été signée dernièrement par le Département et la Caisse des dépôts.
Produits locaux : La plateforme d'approvisionnement sur de bons rails
© MSM - Jean-Jacques Barbaux, Marianne Lauradour, directrice régionale de la Caisse des dépôts, Thierry Bontour.

TerritoiresInfos région Publié le ,

« Ce projet innovant n'a pas d'équivalent en France ». Marianne Lauradour, directrice régionale île-de-France de la Caisse des dépôts, a tenu à souligner d'emblée l'avant-gardisme de la future « plateforme seine-et-marnaise pour l'approvisionnement de la restauration collective en produits agricoles de proximité ».

Par la signature de cette convention, la caisse des dépôts est venue réaffirmer son soutien, déjà apporté lors du lancement du projet en 2015. Outre l'étude de préfiguration menée en 2016, sept études sont nécessaires à la finalisation du dossier. Deux d'entre elles, centrées sur la demande des collèges et la caractérisation du marché de la restauration collective, sont ainsi financées par la Caisse des dépôts à hauteur de 14 000 euros.

Les 126 collèges et les 57 lycées publics de Seine-et-Marne seront progressivement fournis par cette plateforme qui assurera la collecte, la transformation, le conditionnement des denrées, ainsi que l'organisation logistique de l'approvisionnement, en partenariat avec la Chambre d'agriculture.

L'objectif étant de pérenniser l'activité agricole, puis d'accompagner les agriculteurs qui souhaitent développer un projet de diversification de leur production. « Face aux inondations et aux crises antérieures qui ont fait souffrir tous les pans de la ferme seine-et-marnaise, le Département a souhaité apporter des solutions utiles et de proximité aux agriculteurs », a expliqué Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil départemental.

Le projet a également pour vocation de dynamiser les filières locales, surtout les plus fragilisées ( élevage, productions spécialisées, maraîchage et arboriculture). « À travers cette filière en circuit court, les agriculteurs pourront capter et déterminer leur valeur ajoutée », a salué Thierry Bontour, président de la Chambre d'agriculture de Seine-et-Marne, précisant que cet outil « évitera aux agriculteurs de rester de simples producteurs de minerais ».

Ce projet permettra également de reformer le lien agriculteur-consommateur à travers l'éducation. « L'image de l'agriculteur a été trop souvent dévoyée, la connaissance de l'ensemble de ses activités, la qualité de ses produits et sa manière de cultiver se sont perdus », a illustré Thierry Bontour. Aussi, l'éducation est « un bon moyen pour retrouver ce que signifie le terroir », a-t-il estimé.

Enfin, la création d'une filière en circuit court est l'occasion de préserver l'environnement, dans la mesure où l'énergie utilisée pour acheminer les produits sera réduite. Un moyen supplémentaire de faire de l'agriculture seine-et-marnaise une industrie innovante.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?