Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

La bâtiment ne veut pas souffrir de la déshumanisation

le - - Économie - Vie des entreprises

La bâtiment ne veut pas souffrir  de la déshumanisation
© MSM

Lors de ses vœux, Thierry Fromentin, président de la FFB Île-de-France Est, a notamment dénoncé les réformes touchant à l'organisation des chambres consulaires.

Revenant d'abord sur l'année écoulée, le président a rappelé que 2 018 se devait d'être une « année de transition », au sortir de la crise. « Nous pouvions même craindre une surchauffe tout en espérant un cycle long de croissance pour répondre à la pénurie de logements, aux enjeux d'aménagement du Grand Paris Express et des Jeux olympiques, autant qu'à l'urgence de la rénovation énergétique des bâtiments », a poursuivi l'élu consulaire, indiquant que 2 018 avait effectivement été « chargée » pour les entreprises du BTP, créant des « tensions du fait de pénuries, tant de personnels que de matériels ». Ainsi, les coûts ont augmenté plus vite que les tarifs.

Mais « les conditions d'une croissance durable ont été remises en cause », avec l'adoption de mesures jugées « contre productives » pour la production de logements », par le président, telles que la baisse des APL, la révision du PTZ, la pénalisation de l'investissement immobilier. « Les permis de construire chutent. Une politique ambitieuse de rénovation énergétique se fait toujours attendre. Des signes parmi d'autres d'une activité qui ralentira probablement en 2019 et immanquablement en 2020 », a poursuivi Thierry Fromentin.

Ce dernier a toutefois reconnu que certains ajustements ont été faits, avec « le PTZ rénovation et le CITE ». D'autres décisions « favorables, voire vitales » pour le BTP ont été prises, avec notamment le « CICE transformé en baisse de charges », sans quoi « beaucoup d'entreprises auraient été dans le rouge, n'auraient pu conserver leurs effectifs ou embaucher ». Le corpus réglementaire contre la concurrence déloyale et la carte d'identité professionnelle délivrée à tous les salariés permanents, intérimaires et détachés font aussi partie des bonnes nouvelles pour le président. Thierry Fromentin a toutefois marqué, comme la présidente de la CMA 77 Elisabeth Détry, son désaccord concernant les réformes du réseau des chambres de métiers et de la formation professionnelle. Il a notamment dénoncé « la verticalité du pouvoir, la massification des taxes et la suppression des services de proximité au profit d'une vision déshumanisée ».

Plus encore, le président a fait part de sa colère s'agissant de la mobilité, « de nouvelles mesures prises par la Ville de Paris et quelques autres municipalités de la métropole », concernant la taxe sur les véhicules d'entreprise en stationnement. « Plus de 1 000 euros par mois et par véhicule que nous payons, nous, Seine-et-Marnais mais pas les entreprises de petite couronne. C'est insupportable et injuste », a-t-il déploré.

Rendant finalement hommage au travail des différents corps de la fédération, Thierry Fromentin a annoncé mettre « beaucoup d'espoir » dans les partenariats tels que Trait d'union et la Charte relative aux plateformes de rénovation territoriale (PTRE).




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer