AccueilVie des entreprisesL'Usine 4.0, sésame à la réindustrialisation

L'Usine 4.0, sésame à la réindustrialisation

L'Histoire donne actuellement raison à une approche plus “souverainiste” de l'avenir industriel français. La récurrence des aléas sanitaires et économiques incite à une réflexion favorisant une relocalisation, ou plutôt une relance hexagonale des moyens de production. “L'Usine 4.0” est aujourd'hui le fer de lance de cette adaptation des structures de production nécessaire aux nouveaux besoins. Elcimaï est aujourd'hui l'un des héraults franciliens de cette culture industrielle avant-gardiste.
L'Usine 4.0, sésame à la réindustrialisation
© Elcimai

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

Pour l'ETI seine-et-marnaise, « les certitudes émanent de l'incertitude ». Comme le précise Christophe Chauvet, son directeur du développement, « Depuis deux décennies, nous faisons face à des crises successives hétéroclites, imprévues, soudaines et très impactantes. Il ne faut donc pas uniquement se focaliser sur la Covid-19, mais prendre en compte l'éventualité d'affronter dans l'avenir proche de situations nouvelles et inédites, auxquelles les dirigeants et les entrepreneurs devront s'adapter. » Elcimaï a ainsi préparé la “nouvelle économie”, orientée vers un changement profond de modèles, notamment industriels. L'Usine 4.0 se dessine avec plus de netteté. Pour la mettre à la portée des entreprises, l'ETI seine-et-marnaise cultive une approche bicéphale, immobilière et numérique ; deux pôles qui se développent en totale cohérence : « Le numérique a pris le leadership. Il pilote tout. Pour les opérations immobilières, les collaborateurs interviennent en BIM, en Revit, en maintenance prédictive…

L'heure de la réindustrialisation

Le “Fait en France” a repris des couleurs et ce n'est certainement qu'un début. Beaucoup de produits fabriqués à l'étranger depuis plusieurs décennies devraient à nouveau se franciser face aux convulsions de la conjoncture. Certains parlent de “relocalisation”. Il serait sans doute plus juste de parler de “réindustrialisation”, à l'aune des nouvelles technologies de production.

Comme le précise Christophe Chauvet, « L'offre d'Elcimaï est totalement adaptée à l'essor d'une industrie souveraine. Les secteurs protégés étaient jusqu'à présent limités au nucléaire et à l'armement. Ils vont sans doute s'étendre aux secteurs de la santé, de l'agroalimentaire... On comprend aujourd'hui que certaines relocalisations stratégiques sont devenues indispensables. Avec notre approche, nous avons un rôle de facilitateur, avec une capacité d'implantation rapide, flexible, pouvant s'adapter à différents secteurs industriels. Tout d'abord, notre concept “Enveloppe industrielle durable” est capable d'accélérer les retours sur le territoire national.»

L'EID permet, en fait, de déconnecter le process de fabrication de la structure immobilière, en proposant une réelle flexibilité au niveau de l'équipement des sites. Un pilote de ce modèle avant-gardiste vient d'ailleurs d'être implanté sur le site de l'EPA Sénart.

Un trophée à la clé

Ce site de production, prévu sur le parc d'activités du Bois des Saint-Pères, entre Cesson et Savigny-le-Temple, a été honoré lors de la 25e édition des Trophées du Cadre de vie, dans la catégorie “Prospectives”. Cette récompense vient distinguer l'offre innovante proposée par l'EPA Sénart et Elcimaï, afin de redynamiser l'industrie française. « Ce prix récompense l'engagement différenciant et précurseur de notre territoire en faveur du retour en Île-de-France d'activités industrielles innovantes, ainsi que la vision prospective, l'audace et la ténacité, dont nos équipes ont fait preuve, a souligné Aude Debreil, directrice générale de l'EPA Sénart. Avec nos partenaires, nous sommes fiers de proposer aux industriels un terrain purgé de toutes les contraintes archéologiques, environnementales, administratives et prêt à la vente et à la construction. »

Pour Christophe Chauvet, « ce trophée constitue une reconnaissance nationale du bien-fondé et de l'unicité de notre offre souple, intégrée, durable et juridiquement sécurisée. Avec cette “Usine 4.0”, nous pouvons désormais livrer, sous 10 mois, un site conforme à nos prospects et permettant une production industrielle bas carbone, associant recyclage des matières premières et réversibilité de l'outil de production. »

Ce trophée est également l'aboutissement d'un partenariat débuté il y a deux ans entre l'EPA Sénart et le groupe Elcimaï, spécialiste de la conception et de la réalisation de sites de production à haute valeur ajoutée technologique.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?